Avis Série : Kingdom (S1 et 2)

Titre original :   킹덤(Kingdeom)
Genre : Horreur – Historique – Drama
Création :           Kim Eun-hee
Production :      Kim Seong-hoon
Acteurs principaux : Ju Ji-hoon, Ryu Seung-ryong, Bae Doo-na, Kim Sung-kyu
Origine : Corée du Sud
Diffusion : Netflix
Date de diffusion : Janvier 2019
Saison(s) :  2 (6 épisodes chacune)
Durée (épisode) : Entre 36 et 56 minutes

Résumé :

Durant la Période Joseon quelques années après les invasions japonaises de la Corée, des rumeurs circulent au sujet du roi atteint d’une maladie mystérieuse. Le prince héritier Chang, accompagné de son garde du corps Moo-Young, décide alors de mener l’enquête et ils découvriront qu’une mystérieuse et terrible épidémie frappe le royaume… (https://fr.wikipedia.org/wiki/Kingdom )

L’une des scènes les plus marquantes de la série arrive dès le premier épisode !

Mon avis :

Cette chronique contiendra des spoilers, notamment dans la saison 2. Si vous ne souhaitez pas en savoir plus sur le contenu, je vous suggère de passer directement aux points positifs et négatifs.

Saison 1

Un médecin se rend au palais royal avec son assistant pour tenter de guérir le roi souffrant. Cependant, l’assistant subit l’attaque d’un monstre derrière les rideaux cachant le lit de Sa Majesté. Pendant ce temps, le pays, à l’image de son roi, agonise et la population crie famine, elle qui est assommée de taxes en tout genre depuis la fin de la guerre face aux japonais trois ans auparavant tandis que les nobles mangent à leur faim sans se préoccuper de ce qui se passe en dehors de leurs demeures. Le Prince héritier Chang souhaite rencontrer son père car il sent que quelque chose cloche et la mainmise du clan le plus puissant du pays, les Haewon Cho, mené par le conseiller d’état en chef de la famille royale Hak-Ju Cho, n’y est pas étranger. Alors que le corps de l’assistant du docteur est rapatrié dans un dispensaire isolé où sont réunis de nombreux blessés et personnes souffrantes de malnutrition, un ancien soldat des forces spéciales se trouvant sur place pour recevoir des soins aura une mauvaise idée qui déclenchera la pire épidémie que le pays n’ait jamais connue. Une vraie course contre la montre est en place tandis que la reine régente est enceinte et si cette dernière accouche d’un garçon, le Prince héritier Chang perdra toute chance de siéger un jour sur le trône tandis que Hak-Ju Cho essaiera d’utiliser l’épidémie (qu’il semble bien connaître) à son avantage dans sa quête pour éliminer le Prince Chang.

Chang face à Hak-Ju Cho, un duel où il ne pourra en rester qu’un.

Saison 2 (et donc attention Spoil)

La saison 2 démarre sur la fin de la 1 (en réalité, le tout aurait pu se faire en une seule saison vu qu’il s’agit de la suite directe au plan près). Les morts courent en direction de la dernière grande ville de la province la plus au sud du pays. Pour bloquer leur avance et essayer de sauver la capitale du royaume plus au nord, le Prince héritier Chang ainsi que ses alliés, soutenus par la garnison menée par Ahn Hyeon, ancien mentor de Chang et héros de la guerre contre les japonais, vont mettre en place un barrage pour contenir l’invasion. Cependant, une nouvelle va réduire leurs efforts à néant : les morts sont debout, même lorsqu’il fait jour et prennent de court les défenseurs. Retranchés avec les derniers survivants qui risquent la famine, le Prince Chang est face à un autre problème : le conseiller d’état en chef de la famille royale, Hak-Ju Cho, a mis en quarantaine toute la province pour éviter que la maladie ne se propage et attend de pieds fermes le Prince héritier qui est accusé de haute trahison par décret royal. Et comme-ci cela ne suffisait pas, un traître se cache parmi les alliés du Prince. Pendant ce temps, une machination est en train de se mettre en place au palais et le chef des armées royales se voit dans l’obligation d’enquêter, mettant sa propre vie en danger pour découvrir la vérité tandis que ses soupçons sont dirigés vers la Reine régente.

Y a pas à dire, on avait le sens de la fête à cette époque en Corée…

Mon avis sur ces deux saisons :

La série télévisuelle est une adaptation du manga « Le royaume des Dieux », une série dessinée avec pour thèmes l’horreur et le surnaturel japonais, écrite par Youn In-wan, à partir d’une idée de Kim Eun-hee , illustrée par Yang Kyung-il . Dans cette version de 2014, l’on retrouve bien un prince, mais également un voleur des montagnes aux talents de combat exceptionnels et une maladie qui amènera la mort dans son sillage. Pas très loin de ce que nous a proposé Netflix au final, même si de grosses libertés semblent avoir été prises pour correspondre aux besoins du tournage.

Un pitch très bon pour lancer une série ambitieuse dans un genre qui a déjà été vu et re revu. Le fait qu’on transpose l’apocalypse zombie en Corée et plus précisément dans un contexte médiéval, où le sabre et les arcs font encore la loi au milieu des premiers engins à poudre, c’est assez rare pour être souligné et on ne peut plus rafraîchissant pour un monstre en perte de créativité dans ses représentations. Au rayon spoil, les zombies courent (et vite en plus), reviennent à la vie grâce à une plante de résurrection, mordent et transmettent des vers qui montent au cerveau et prennent le contrôle du corps. Leurs seules véritable faiblesses se situent au niveau du cerveau ou pendant le jour. En effet, dès qu’il fait jour, les monstres se cachent et « hibernent », mais cette donnée ne sera plus d’application à partir de la saison 2, rendant la menace encore plus complexe à éliminer. De l’action au menu avec des combats assez épiques, la caméra n’est pas trop bordélique pendant les tueries et les acrobaties ne sont pas exagérées comme le cinéma asiatique nous a habituées (une des scènes dans le dernier épisode de la saison 2 où Chang et ses hommes se battent contre des morts vaut clairement le détour avec une musique qui met toute l’action en valeur et une qualité de caméra excellente). Quant à la partie complot, on n’est pas au niveau d’un Game of Thrones mais il y aura son lot d’intrigues complexes sur différents niveaux, avec notamment la famille Haewon Cho, famille dominante parmi les fonctionnaires de la haute société, en ligne de mire. On ne sera pas déçu, surtout avec la Reine régente qui aura un rôle important un peu plus tard dans la série.

La Reine régente jouera de bien mauvais tours, surtout à la saison 2…

Concernant la série en elle-même, elle met un épisode à réellement démarrer (et quelle fin d’épisode avec une image épique !). Les personnages principaux sont bien campés et sont tous reconnaissables de par leur nom, leur fonction et leur visage marqué par le rôle qu’ils revêtent (le regard glacial et implacable d’Hak-Ju Cho est mémorable, il est impitoyable, ou encore le garde personnel du Prince, Moo-Young, âgé de plus de 40 ans mais qui a ce visage un peu poupon d’un gosse qui fait encore beaucoup de bêtises,…). Leur jeu d’acteur est bon, mais meilleur en deuxième saison je trouve (ce qui se ressent surtout avec le Prince Chang ou avec la Reine régente). Après, il y a toujours quelques personnages qui, comme semble le vouloir la culture cinématographique coréenne (ou asiatique en général), ont cet art de surjouer leur rôle, le rendre ridicule en hurlant et en utilisant des expressions faciales exagérées au possible comme-ci cela devait faire partie du cahier des charges d’une production asiatique. Je ne suis pas fan de cette facette de l’acting coréen, mais il en faut pour tous les goûts j’imagine. Un autre petit point négatif concerne certaines facilités et incohérences qui, soyons honnête, sont peu nombreuses mais sont assez grosses pour être soulignées (je ne vais pas citer pour ne pas spoiler plus que nécessaire mais certains points d’incohérence devraient peut-être trouver réponse dans une saison 3 dont on ne sait pas encore si elle aura son passage sur la plateforme avec le grand N rouge ou non).

Ce que j’ai également relevé et qui nous sort vraiment du contexte habituel du zombie moderne, c’est que l’on a le droit à toutes sortes de cérémonies ou usages liés à la Corée du Moyen-âge. Habits, gestes, coutumes, révérences,… on nous propose une vraie plongée culturelle aussi bien niveau noblesse (la cour du roi, les conseillers,…) qu’au niveau des paysans ou des marchands. On le sait, les longs-métrages asiatiques aiment à nous montrer des aspects culturels qui diffèrent totalement de nos propres connaissances. Mais ici, je trouve que c’est très soigné, certainement très fidèle à ce qui se faisait à l’époque et cela apporte cette touche d’authenticité qui fait la différence.

Voyons ensemble les points positifs et négatifs que j’ai pu retenir de ces deux saisons.

Les + :

  • La période médiévale en Corée, avec les premières armes à poudre et canons, mais toujours avec la majorité de l’armement focalisé sur les sabres et les arcs. Face à une invasion de zombies, c’est beaucoup plus fun et cela nous propose autre chose qu’une énième histoire contemporaine avec des flingues à gogo.
  • Un bon mélange entre action et intrigue, le tout avec des répercussions qui peuvent s’étendre sur tout le pays. Donc des enjeux immenses et les scènes de combats envoient du pâté ! Le tout sous une tension qui ne redescend jamais vraiment (même les moments de réflexion sont tendues, à savoir si tel ou tel plan est le bon,…).
  • Hormis quelques prestations un peu gênantes, la majorité des personnages sont bien campés par des acteurs de talents. L’appropriation des personnages est convaincante et certaines prestations sortent vraiment du lot comme le ministre Hak-Ju Cho où l’acteur Ryoo Seung-ryong se dépasse dans un rôle impitoyable pour ne citer que lui. Les doublages français sont, à quelques exceptions près encore une fois, très bon également.
  • Vous connaissez mon goût prononcé pour les effusions de sang, et bien là j’ai été servi. Et ça mord en tous sens, en cadence, un, deux, troooiissss ! ♫ les corps se balancent dans les branches, dans les boooiiisss ! ♫ (Ahem… pardon…) Bref, ça saigne dans tous les coins et on ne nous cache rien (ou presque) et ça c’est ce qu’on veut (ou en tout cas moi). Et puis on n’hésite pas à éliminer des personnages importants pour plus d’impact.
  • Les zombies sont moches et méchants, mais ils sont surtout rapides, la maladie se propage très rapidement (quelques secondes parfois après la morsure), l’épidémie se transmet grâce à une plante « de résurrection », les zombies semblent éviter la lumière du soleil (à priori, je ne veux pas trop en dévoiler non plus),… Bref, plusieurs éléments qui en font des zombies bien sympas à regarder, qui foutent bien les jetons et il n’y a pratiquement aucune image de synthèse pour en faire une multitude ou pour les scènes d’action, ce qui rend le tout hyper réaliste et crédible (ça nous change des hordes en CGI du Dernier Train pour Busan ou World War Z).
  • Une découverte des us et coutumes de la Corée médiévale, des traditions et de la culture d’un pays qui nous est, pour une majorité des européens, inconnu. Le tout donne cette touche d’authenticité qui nous fait y croire à fond.

Les – :

  • Certains personnages dans leur attitude ou leur voix sont énervants au possible. Je sais que dans une grande partie de la culture cinématographique asiatique il y a souvent des personnages dont les expressions sont hyper exagérées mais dans ce type d’œuvre (horreur – drama) ça a le don de m’agacer. Cela n’engage que moi et la présence n’est pas énorme mais voilà, c’est systématique et cela devient ennuyant.
  • Quelques incohérences, peu nombreuses, mais assez flagrantes pour être soulignées et être par moment gênantes pour la compréhension générale. On peut espérer que certaines incohérences trouvent du sens dans une possible saison 3.

Conclusion :

Kingdom est une adaptation d’un manga (Le royaume des Dieux) qui nous propose de suivre différents personnages à l’époque médiévale en Corée, quelques années après la guerre face à l’invasion japonaise. La série télévisée reprend les concepts du manga mais semble cependant s’éloigner pour proposer sa propre version de l’histoire d’origine. Le Roi souffre d’une étrange maladie, le Prince Héritier Chang est soupçonné de trahison, ce dernier veut à tout prix savoir ce qui est arrivé à son père mais le clan Haewon Cho, dont fait partie la jeune Reine régente, lui refuse l’accès au palais royal. S’ensuivra une enquête qui mènera vers la misère du peuple et une maladie qui transforme les hommes en monstres assoiffés de chair et de sang. Si je devais qualifier en deux mots cette série c’est : qualité et originalité. En effet, le contexte dans une Corée médiévale nous change des villes contemporaines de notre époque dont nous sommes généralement habitués. De plus, le peu de CGI utilisé, le traitement des zombies, la plongée dans la culture de l’époque si différente de la nôtre nous immerge littéralement dans une proposition presque authentique. Après je ne suis pas expert dans la culture coréenne ni même asiatique mais c’est le ressenti que j’ai pu avoir en avalant les deux saisons de Kingdom. Certains personnages surjoués et agaçants, en plus de l’une ou l’autre incohérence un peu gênantes, viennent légèrement entacher une œuvre somme toute de qualité. Aussi bien que le visuel, la tension constante, un dosage intéressant entre les intrigues et l’action, des morts importantes et du sang à gogo, cette série possède vraiment tous les ingrédients nécessaires pour plaire aux afficionados du genre zombiesque. Une troisième saison devrait bien voir le jour malgré les critiques relativement moyennes au « pays du matin calme » et on a hâte de voir la suite vu le cliffhanger assez énorme sur lequel la deuxième saison nous a laissé. Je recommande vivement ! 

NOTE
9/10

BANDE-ANNONCE

Une réflexion au sujet de « Avis Série : Kingdom (S1 et 2) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s