Avis Série : Assassination Classroom (S1 et S2)

Titre original :   Ansatsu Kyoushitsu
Genre :   Comédie Fantastique
Auteur :    MATSUI Yusei
Dessin :     MATSUI Yusei
Type :       Shonen
Origine :       Japon – 2012
Diffusion : Anime Digital Network (streaming), Netflix (SVOD)
Réalisateur :      Seiji Kishi
Scénariste :      Makoto Uezu
Studio d’animation : Lerche
Durée : Saison 1 – 22 épisodes, Saison 2 – 25 épisodes, +- 20 minutes par épisode

Résumé:
Au lycée Kunugigaoka se trouve la classe 3-E, exclue dans les montagnes pour étudier et surtout pour assassiner leur professeur, Koro-sensei. En effet, cette étrange créature, ressemblant à un smiley avec des tentacules, a réussi à trouer la lune jusqu’à ce que celle-ci en devienne un croissant ! Il posa alors ses conditions au gouvernement : devenir le professeur de la classe 3-E. Cependant, si d’ici une année aucun de ses élèves ne parvient à le tuer, la Terre connaîtra le même sort que celui de la Lune !
« Si une personne y arrive, elle recevra la somme astronomique de 10 milliards de yens » !
C’est ainsi que ce groupe d’élèves va apprendre l’art de tuer de différentes manières mais aussi commencer à s’attacher à ce drôle de professeur.
(https://www.nautiljon.com/mangas/assassination+classroom.html)

Mon avis:

Un animé dont j’avais lu pas mal de bonnes critiques sur les différents sites dédiés et dont la bestiole jaune à tentacules à la face de Smiley m’intriguait au plus haut point.

Koro-sensei, poulpe jaune capable de se déplacer à la vitesse Mach 20 (donc environ 25000km/h) et qui a éclaté les ¾ de la lune. Qui est-il ? Et pourquoi s’en prendre à la Lune puis à la Terre ? Personne n’arrive à le tuer et ce dernier menace de détruire la Terre pour mars de l’année prochaine si personne ne fait rien pour l’arrêter. Il n’a qu’une revendication, devenir le professeur de la classe 3-E du lycée Kunugigaoka. Pourquoi ? Et pourquoi cette classe en particulier, eux qui sont surnommés les « épaves » de Kunugigaoka ? La classe devra rapidement trouver le moyen d’abattre leur cible, eux qui ont été rabaissés toute leur vie, et seront secondés dans leur mission par le ministre de la défense, l’agent Karasuma, et une tueuse professionnelle Irina Jelavic (gentiment surnommée Madame Pouffe).

Pendant deux saisons divisées en 4 parties, les 30 élèves de la classe E ainsi que leurs professeurs devront coexister, apprendre les uns des autres, se coordonner et évoluer pour atteindre leur but, tuer le poulpe qui menace la Terre. Celui ou celle qui réussira recevra 10 milliards de yens, rien que ça. Autant dire que les adolescents sont motivés en plus d’être bien chapeautés.

Le décor est planté mais qu’est-ce que j’en ai pensé après ce visionnage ? C’était excellent !

Oui madame, oui monsieur. Ce n’est pas parce qu’il y a une tripotée d’étudiants et un monstre jaune totalement loufoque qu’on ne peut pas apprécier un bon anime. J’ai vraiment été pris dans le délire, ce qui prouve que ça été très bien écrit. De plus, on touche vraiment à chaque personnage, à chaque élève de cette fameuse classe E. En comparaison, dans GTO et plus précisément dans la classe d’Onizuka, on ne se concentre vraiment que sur une partie de la classe, les plus intéressants. Ici, tout le monde à plus ou moins droit au chapitre et même si leurs moments de gloire sont assez inégaux, on aura eu l’occasion de voir et de connaître tout le monde, ainsi que leurs qualités, et parfois leurs défauts.

La première saison est surtout axée sur la mission des élèves de la classe E, tuer leur prof, et sur le développement de leurs capacités d’assassins. Nous en apprenons plus également sur ce qu’ils étaient avant, ce qu’est la classe E et pourquoi ils sont victimisés par les élites de l’école. D’un autre côté, l’état engage des assassins professionnels pour tenter de tuer le poulpe et l’un d’entre eux proposera deux élèves bien particuliers pour faire face à la menace qui pèse sur le monde.

Dans la deuxième saison, les qualités des uns et des autres s’affirment et chacun se dirige vers une « spécialité » d’assassin mais également dans la vie, ils deviennent les meilleurs de leur discipline respective. Des tensions se forment également au sein d’un groupe pourtant toujours soudé, aussi bien entre les profs qu’entre les élèves. De plus, le mois de mars approche, et avec lui, la destruction de la Terre, la tension monte chaque jour un peu plus tandis que les moyens pour en finir avec le poulpe supersonique s’amenuisent. On en apprendra du coup beaucoup plus sur Koro-senseï, lui qui a toujours gardé secret son origine et ses motivations. Une deuxième saison qui est la suite logique de la première, mais en plus sombre et avec une tension plus soutenue et des obstacles plus difficiles.

Au fur et à mesure que la série avance, on apprend quelles sont les faiblesses du professeur Koro (son attraction pour les magazines coquins, son allergie à l’eau, sa gourmandise pour les sucreries,…) et il est intéressant de voir comment les élèves vont utiliser ces éléments contre lui. On se prend d’affection pour les élèves, mais également pour les deux autres profs, Karasuma le frigide et Irina, bombe blonde à forte poitrine qui use un peu trop de ses charmes pour gagner la partie (ou en tout cas essayer).

Je pourrai continuer ainsi sur plusieurs paragraphes, mais voyons plutôt ci-dessous les points positifs et négatifs que j’ai pu relever dans cet anime.

Les + :

  • Les images et les animations sont de qualités et pour le plus grand plaisir de nos yeux. Beaucoup de couleurs et très peu d’images figées, ce qui nous donne des épisodes dynamiques. Le doublage FR est très sympa également si l’on compare à d’autres animé.
  • Il est très rare qu’une série ou un film traite chaque personne sans en laisser un de côté, et c’est le cas dans celle-ci. Les 30 élèves, les profs, le directeur, les élèves des autres classes, tout le monde a le droit à un petit moment où on parle d’eux pour mentionner une qualité, souligner ses aptitudes ou pour le mettre en avant quelques secondes tout simplement. Il est rare qu’autant de personnages aient voie au chapitre, même si ce n’est que pour quelques instants.
  • Les personnages justement, un atout majeur car, même si on n’arrive pas à retenir le nom de tous, plusieurs sortent du lot et possèdent des capacités et des qualités qui leur sont propres (Karma le plus intelligent et le plus fort, Nagisa le meilleur assassin, Okajima le pervers, Isoguai le meneur, Terasaka la brute,…) et l’on s’identifie à l’un ou l’autre sans difficulté. Les profs, le directeur et les élites de la classe A ont droit également à leurs spécialités et à un travail de fond particulier. On s’attache du coup à (presque) tout le monde et la saison 2 vient apporter son lot d’explications et de backgrounds de certains protagonistes clés.
  • Un humour hors norme ! Je me suis surpris à rire bêtement à plusieurs reprises. C’est probablement la plus grande force de la série, c’est cet humour décalé, le ridicule de certaines situations et la mise en évidence des défauts des autres (surtout de Koro-senseï) de manière absurde qui fait le sel des deux saisons.
  • Pas de bonnes histoires sans de bons duels et d’antagonistes, même si ce deuxième point aurait pu être amélioré. Je retiendrai surtout les duels marquants qui ont fait en sorte que les personnages évoluent et donnent le meilleur d’eux-mêmes tout au long, je pense à la rivalité entre la classe E et les élites de la classe A et le duel indirect (puis tout à fait direct) entre Karma et Nagisa, mais également entre les méthodes d’enseignements entre Koro-senseï et le directeur Asano.
  • La série propose des épisodes d’une vingtaine de minutes et ils sont si prenants que les deux saisons filent rapidement. C’est fluide et il y a très peu de temps morts. Il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre. L’anime fleure bon la fraîcheur et on ne voit pas le temps passer.
  • Les leçons de vie du professeur Koro. Chaque épisode ou presque est un enseignement et surtout, l’animé prend des allures de critique sociétale, où on remet ouvertement en question les valeurs et les méthodes de l’école traditionnelle, ainsi que les attentes qu’on place sur les étudiants.
  • Koro-seinsei à lui seul vaut le détour. Il est le prof que tout le monde rêve d’avoir (j’aurai tout de même du mal à choisir entre lui et Onizuka de GTO, mon cœur balance).
  • Cette fin… bordel ! Ct’émotion de ouf à la fin des deux derniers épisodes ! Les larmes n’ont pas coulées mais mon petit cœur tendre s’est serré (oui, j’ai ma sensibilité ok ?).

Les – :

  • C’est trop facile. Je comprends, les élèves de la classe E reçoivent un enseignement d’exception avec un être exceptionnel, mais ce n’est pas une raison (attention, spoil, je crois que la classe E foire une seule fois ou deux en deux saisons). Un épisode se passe dans l’espace, ils embarquent trop facilement et reviennent encore plus facilement qu’ils ne sont arrivés sur la station spatiale. Un peu plus de difficulté n’aurait pas été de refus même si la saison 2 rectifie un peu le tir à ce niveau-là.
  • Les antagonistes manquent de réalisme. Je ne vais pas tous les citer pour éviter les spoils mais généralement, le (ou les) grand méchant fait évoluer le (ou les) héros et possède un charisme et/ou une personnalité bien particulière qui nous fait presque aimer le personnage (Freezer dans DBZ, Toguro dans Yu Yu Hakusho, la Team Rocket dans Pokémon,…). Rien de tout cela ici. 3 « grands » méchants qui ne resteront pas dans les annales. Pour moi, le père et le fils Asano ne sont pas des méchants à proprement parler (si vous regardez la saison 2 vous comprendrez). Ils sont des rivaux de taille, mais pas des méchants, ou très peu.
  • Des backgrounds qui, parfois, sont amenés de manière un peu maladroite et manquent de subtilité, avec la désagréable sensation du « on a mis ça pour expliquer ça car on y avait pas pensé au début ».
  • Quelques débuts d’intrigues secondaires qui auraient pu s’avérer intéressants à exploiter mais qui finalement retombent aussi rapidement qu’ils ne sont arrivés. Quelques soufflets vite retombés qui laissent un goût d’amertume lorsqu’on se rend compte que ça a été laissé en plan ou que cela n’a mené nulle part.
  • La force de l’anime est de s’occuper de chaque personnage, mais c’est ce qui en fait également une faiblesse, car on aurait aimé le double d’épisodes ne serait-ce que pour développer un peu plus certains personnages mis un peu à l’écart ou trop brièvement mentionnés pour telle ou telle qualité et puis c’est tout. On aurait voulu des intrigues d’un ou deux épisodes pour presque chaque étudiant de la classe, ce qui prouve qu’on s’y est attaché malgré tout.

En résumé :

Assassination Classroom est une classe de brebis galeuses (comprenez des élèves aux résultats insatisfaisants) d’une école d’élite qui a reçu comme mission d’éliminer un poulpe jaune étrange et pouvant se déplacer à la vitesse Mach 20. Le pitch est d’une simplicité (et d’une étrangeté) déroutante, mais c’est bien plus que ça ! Doté d’un visuel attrayant et d’un scénario de base solide, on se surprend à apprécier chaque épisode, chaque morale, chaque personnage et chaque trait d’humour balancé à la face du spectateur, ce qui apporte une véritable touche de proximité aussi bien avec les élèves qu’avec leurs professeurs. Quelques points noirs viennent légèrement écorner le tableau comme le manque de méchants charismatiques, la trop grande facilité à réussir les épreuves ou des intrigues secondaires trop rapidement étouffées, mais il y a tellement de points positifs à souligner que ces quelques fausses notes sont relativement vite oubliées. Un vrai vent de fraîcheur souffle sur cette série, avec cet humour brut, ses morales fortes et cette fin pleine d’émotions. S’est également une critique sociétale marquée par rapport à l’enseignement (en général mais plus particulièrement au Japon) où la recherche de l’excellence laisse sur le côté des élèves doués mais à qui personne ne laisse de seconde chance pour s’exprimer. Le poulpe incarne ce que chaque professeur devrait être pour ses élèves, et la fin de l’anime est un message d’espoir pour tous ceux qui pensent ne rien valoir en ce bas monde. Je crois que vous l’aurez compris, je vous recommande vivement cette série composée de 2 saisons et qui se dévore sans modération !

Note
9/10

Bande-annonce

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s