Avis Film : Massacre à la Tronçonneuse (2022)

Titre original : Texas Chainsaw Massacre
Genre : Horreur
Réalisateur : David Blue Garcia
Scénario :  Chris Thomas Devlin
Musique : Colin Stetson
Production :  Legendary Pictures, Bad Hombre et Exurbia Films
Acteurs : Sarah Yarkin, Elsie Fisher, Mark Burnham…
Date de sortie : 18 février 2022
Durée :  83 minutes
Diffuseur :  Netflix

Résumé :

Melody, sa sœur adolescente Lila et leurs amis Dante et Ruth se rendent dans la petite ville de Harlow, au Texas, pour lancer une nouvelle entreprise. Mais leur rêve se transforme bientôt en cauchemar éveillé lorsqu’ils pénètrent sans le vouloir dans le monde de Leatherface, le dangereux tueur en série dont l’héritage sanglant continue de hanter les habitants de la région. Parmi eux, Sally Hardesty, unique survivante du tristement célèbre massacre de 1973, et bien décidée à se venger.

Une belle brochette de bienpensants…

Mon avis :

Un peu de hype entourait cette nouvelle version du légendaire Leatherface commandé et produit par Netflix. Grand amateur de films d’horreur (même si les Slashers ne sont habituellement pas ma tasse de thé), les quelques images du trailer et certains retours assez bons m’ont encouragé à tenter l’expérience mais étant une production Netflix, je n’ai pas placé mes attentes trop haut non plus.

Une bande de jeunes, qui semblent versés dans tout ce qui touche à la création de contenu sur le net et dans la bienpensance écolo, ont acquis une ville en plein Texas profond (Harlow) et vont, par le biais de leur popularité sur les réseaux, essayer de vendre aux enchères chaque maison à d’autres jeunes entrepreneurs ambitieux pour relancer l’attrait de cette ville abandonnée et y établir une nouvelle idylle florissante loin des grandes villes. Le couac arrive lorsque Dante, un afro américain, découvre le drapeau des anciens esclavagistes lors de la guerre de Sécession sur l’un des bâtiments. La dame qui y vit, et qui n’aurait pas dû se trouver là, fait une attaque cardiaque et son « protégé » l’amène dans une voiture pour être conduite à l’hôpital. Le problème, c’est lorsque Melody demande à Dante le papier d’expropriation et, malheureusement, découvrent qu’elle était dans ses droits alors qu’ils apprennent son décès sur la route. Ils se retrouvent donc coupable d’un meurtre dans un certain sens. Le protégé, fou de rage et de chagrin, se lancera dans une croisade pour faire dégager tout ce petit monde de sa ville.

Leatherface est prêt à reprendre du service !

Alors clairement, on remplit tout les aspects et les cahiers des charges concernant la façon dont doit se passer un slasher digne de ce nom (en plus du cahier des minorités ethniques). Le premier opus, datant de 1974, a jeté les bases d’un personnage devenu iconique et qui n’aura malheureusement pas reçu les suites qu’il méritait (hormis peut-être celui de 2003 qui était vraiment malsain). Ce nouvel opus se veut donc être une suite directe du tout premier volet, faisant ainsi annuler toutes les autres entre 1974 et 2022, et se déroule 50 ans plus tard. En effet, le tueur de l’époque, qui avait sauvagement assassiné quatre jeunes gens, n’a jamais été retrouvé et la dernière survivante du massacre, Sally, passe sa vie à chercher des indices concernant Leatherface pour se venger.

J’ai de vagues souvenirs du premier film mais ce dont je me rappelle est loin de ce qui est proposé aujourd’hui et lorsque la majorité de la promotion de ton film tourne autour du fait qu’il s’agit d’une suite directe du premier et que tous les autres n’existent pas, je ne suis pas franchement d’accord. On ne retrouve pas le côté hyper malsain que l’on pouvait voir dans le premier, on ne retrouve pas les profondeurs de la noirceur humaine ou les éléments qui faisait de Leatherface un personnage encore à part de ce qu’on pouvait avoir avec Vendredi 13, Halloween ou encore Freddy Krueger. En gros, si on veut regarder le film pour se faire plaisir, c’est OK, pas de problème tu vas passer un moment sympa si tu kiffes l’horreur. Par contre si tu attendais une suite allant dans le sens du 1er opus et qui proposait les mêmes idées, tu seras juste déçu. Si le film avait été vendu comme les autres, une énième réinterprétation de la chose, les spectateurs n’auraient pas dit grand-chose. Aujourd’hui, les fans de la première heure de notre ami à la tronçonneuse grognent leur mécontentement, à raison.

Plaçons-nous maintenant dans la peau du gars lambda qui n’a pas d’attente particulière concernant le film et qui n’est pas un grand afficionado de la franchise, c’est-à-dire moi. Ben en fait j’ai passé un moment assez sympa en réalité, même si le « respect des contraintes actuelles » était visible au possible et c’en était presque triste.

Beaucoup…beaucoup de confiture…

Comme dit plus haut, on remplit toutes les cases d’un bon slasher. Mais du coup, où est le suspens ? Où est la magie de se demander « qui va s’en sortir ou qui va mourir ? » ? Il y a bien un gars où je me suis posé la question et où j’ai été surpris de son sort et si tôt dans le film, le reste était visible à des kilomètres pour celui qui a l’habitude des codes du genre. De plus, les scènes où les personnes meurent et se font gentiment trancher dans le lard par notre vieux costaud, c’est l’équivalent de la bière sans alcool, t’as le goût mais pas l’ivresse qui est censé avoir avec. C’est-à-dire que, hormis une scène dans la camionnette où il aurait été difficile de faire autrement et la scène finale, le reste du « gore » est en fait largement feutré par l’obscurité. On voit sans voir. Simple exemple, un gars se fait éventrer gentiment par la tronçonneuse dans les airs, on voit le sang gicler, très bien, mais c’est tout. À un moment on voit une jambe coupée qui se balade mais vite fait, un autre se fait fracasser le crâne au marteau et on montre vite fait le crâne qui se déforme mais c’est tout, un autre se fait tailler la jugulaire mais c’est de dos… Vous avez compris le tableau. Là où on est censé avoir du vrai gore et du malsain, on a de la violence en surenchère pour dire de combler les deux aspects précédents pour être plus aseptisé et accepté par tous. L’utilisation du personnage de Sally a été un échec pour moi. En effet, quand la femme attend 50 ans et retrouve enfin celui qui a fait de sa vie un enfer, tu t’attends à autre chose que ce que nous a proposé le film, malheureusement je ne vais pas spoiler mais ça prêtait juste à rire et c’est vraiment dommage car il y avait clairement quelque chose à exploiter. Mais ce personnage de Sally nous amène d’office à faire le parallèle avec l’autre grosse franchise du genre, Halloween, avec le retour de l’héroïne qui va affronter ce qu’elle n’a su vaincre auparavant. Du coup, Massacre est un clin d’œil ou une envie de surfer sur une vague montante qui prend de plus en plus le chemin de la nostalgie.

Bref, hormis ces éléments ainsi que les habituelles incohérences ou facilités scénaristiques qui font également partie du cahier des charges, on appréciera ce mélange entre la modernité et le rural, entre les jeunes d’aujourd’hui (qui semblent plus teubés que jamais) avec des intentions nobles et pures et les texans ruraux mal fringués et racistes de surcroit (la vision qu’a le scénariste vis-à-vis du Texas semble peu flatteur)… Leatherface joue très bien, il est glauque comme il faut et ses gestes lorsqu’il utilise la tronçonneuse sont lourds, violents et donnent un véritable sentiment de danger et de peur et la scène où il récupère son arme montre tout un symbole, l’image d’un retour aux affaires et aux massacres. Le rythme est bon également. Étant grand friand d’action, j’étais heureux de voir que les premières vilaines scènes arrivent assez rapidement après un bon 20-25 minutes de mise en place du contexte. La photographie est belle également et on a certains plans qui marquent comme dans les champs en plein soleil texan ou le village sous la pluie torrentielle ou encore le bus des influenceurs. En parlant de ce bus, même si j’ai souligné le côté gore sans être gore, la scène du massacre qui va s’ensuivre restera un moment qui à mon avis deviendra culte dans le genre horrifique. Quant aux personnages, on n’a pas vraiment le temps de s’attacher à quiconque mais je relèverai malgré tout la prestation de l’actrice Sarah Yarkin qui interprète Melody car, bien que je la trouvais insupportable au début, elle se révèle au fur et à mesure et à la fin je la trouve carrément dingue ! Le reste des acteurs ne m’aura pas laissé d’impression particulière.

Voyons ensemble les éléments positifs et négatifs de cette nouvelle tentative de relance d’une vieille franchise :

Un petit côté vintage pas dégueulasse ❤

Les + :

  • Le rythme est bon et il ne faut pas attendre longtemps avant que le massacre ne démarre. Une mise en contexte et après on ne s’arrête plus pendant un bon 45 minutes.
  • Si on attend d’un film qu’il soit divertissant, celui-ci répondra à votre demande. Le film est globalement bon, sans être extraordinaire, et relativement rapide à regarder.
  • La photographie est belle avec certains plans comme dans les champs texans ou le village sous eau. Il est visuellement beau à regarder.
  • Il y a l’une ou l’autre scène qui devrait devenir culte à l’avenir (notamment celle du massacre dans le bus).
  • La juxtaposition d’éléments anciens et nouveaux, de rural et de moderne, de références à l’ancien film de 1974 et de nouvelles idées de 2022, donnent un coup de fraîcheur intéressant à une licence qui en aura déjà vu de toutes les couleurs depuis son 1er opus.
  • Leatherface en impose de par sa stature et le masque dégueulasse qu’il porte. Ses gestes sont oppressants et tu sais d’avance que s’il te touche c’est fini, pas de seconde chance. Un très bon antagoniste.
  • Une prestation de Sarah Yarkin qui monte en puissance tout au long du film et qui montre que cette jeune femme a un vrai talent d’acting tandis que les autres sont relativement effacés.

Les – :

  • Pour ceux qui attendaient une réelle suite au 1er opus de 1974 (car c’est ce qui a été vendu par les producteurs), ces derniers seront déçus tant il y a un gros décalage entre les deux films (moi personnellement, ça ne me dérange pas car j’ai que de vagues souvenirs du 1, mais pour les vrais amateurs, je sais qu’ils risquent de grogner).
  • Un film qui manque un peu de subtilité et ne fait pas dans le réellement gore et le très malsain comme devrait l’être un vrai « Massacre à la tronçonneuse ». Le gore est feutré dans l’obscurité pour nous montrer sans vraiment tout voir et le côté sombre et malsain est tout simplement inexistant.
  • Film assez court et donc peu de place pour développer les personnages aussi bien principaux que secondaires. Je n’ai pas adhéré à l’une des héroïnes (Lila) et le couple Dante et Ruth n’a pas le temps de réellement s’exprimer.
  • Un film qui poursuit les codes du slasher habituel et n’apporte pratiquement aucune nouveauté dans son scénario. On commande un film, on remplit les cases, on fait le taf, on n’oublie pas de parler vite fait de racisme car c’est dans les normes (il n’y a aucun travail sur cet aspect, on ne définit même pas le drapeau de la guerre de Sécession pour ceux qui n’en n’aurait aucune idée, donc c’est dire si c’est placé là parce que ça devait l’être et sans plus, et c’est malheureux) et on oublie d’innover en termes de scénario.
  • Le personnage de Sally est utilisé pour le côté nostalgique (et un clin d’œil également j’imagine à l’ancienne actrice de 1974, décédée il y a quelques années) et est exploité extrêmement maladroitement. Le personnage est pour moi un échec alors qu’il y avait un terrain fertile sur lequel travailler pour donner de la consistance.

Conclusion

Massacre à la tronçonneuse 2022 se veut être la suite directe du film de 1974 et échoue malheureusement dans cette optique. En effet, le côté malaisant est inexistant et le gore est feutré pour épargner les âmes sensibles et ainsi être vu par le plus grand nombre. Rien de mal à ça en soi mais il est dommage que le film ait été vendu dans cette optique plutôt que de tabler sur un nouveau reboot qui serait sans doute mieux passé aux yeux des amoureux du Leatherface des années 70. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un divertissement efficace, avec une photographie de qualité, des scènes qui deviendront cultes et nous avons notre lot de morts à gogo. Le scénario n’invente rien de nouveau et des pistes comme le retour de Sally après 50 ans de recherche de celui qui a détruit sa vie est très mal exploité. On peut deviner assez aisément comment tout cela va finir et finalement, il n’y a que peu de surprises au final et c’est bien dommage. Cependant, Leatherface se révèle être un personnage mortellement efficace, la juxtaposition de modernité et de ruralité apporte un petit coup de fraîcheur à une franchise qui en a déjà trop vu, le rythme du film est globalement bon et on soulignera également la performance de l’actrice Sarah Yarkin (Melody) qui nous propose une interprétation vraiment intéressante de son personnage, ce dernier montant en puissance tout au long du film tandis que les autres sont rapidement oubliés. Pour finir, j’ai passé un bon moment avec ce dernier né de la franchise Massacre à la tronçonneuse, même si je déplore son côté feutré et plus accessible à tous, mais il n’en reste pas moins un bon divertissement d’une bonne heure si on décompte les génériques, ce qui est largement suffisant aux vues de son traitement.

NOTE
7,5/10

Bande-Annonce

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s