Avis Lecture : Un(e)secte (Maxime Chattam)

Informations

Édition : Albin Michel, Pocket
Parution : Novembre 2019
Nombre de pages : 480 pages
ISBN : 9782226319494
Prix : 22,90€, 8,49€ (Numérique)

Résumé :

Et si tous les insectes du monde se mettaient soudainement à communiquer entre eux ? À s’organiser ?
Nous ne survivrions pas plus de quelques jours.
 Entre un crime spectaculaire et la disparition inexpliquée d’une jeune femme, les chemins du détective Atticus Gore et de la privée Kat Kordell vont s’entremêler. Et les confronter à une vérité effrayante.
 Des montagnes de Los Angeles aux bas-fonds de New York, un thriller implacable et documenté qui va vous démanger.

Maxime Chattam

« Le monde était un patchwork infini et bouillonnant d’apparences, cimenté par-derrière avec nos névroses, nos excès, nos peurs et nos démons. »

Mon avis

Le détective Atticus Gore est en congé, mais des collègues l’appellent car ils viennent de tomber sur un cas qui l’intéresserait surement. Un corps où l’on ne retrouve plus que les os sous les vêtements et où des « grappes » d’insectes jonchent la scène du crime, le tout au milieu de nulle part et où il ne pouvait y avoir de témoin. Fort d’enquêtes en cours sans résultat qui lui ont donné une certaine mauvaise réputation auprès du chef et des autres inspecteurs, Atticus doit en plus faire avec une différence qui ne plaît pas non plus à tout le monde, son homosexualité. Pour oublier sa différence et faire le vide lorsque tout semble aller de travers, il se plonge dans de la musique Métal d’une rare violence et s’envoi en l’air avec des garçons qu’il paie pour les quitter sans bruit en pleine nuit.

De l’autre côté des States, on retrouve Kat Kordell, célibataire endurcie et amatrice d’alcool fort pour souper, mais surtout détective privée généralement appelée pour mettre en lumière des infidélités. Mais cette fois, elle devra tout mettre en œuvre pour retrouver la fille d’une dame aux abois. Simple fugue, accident, suicide, mauvaise rencontre, Kat va se heurter à toutes les hypothèses jusqu’à ce qu’elle découvre son lot d’horreurs dans l’appartement de la jeune fille.

Le lien entre des grappes d’insectes qui ne sont pas censés coexister ensemble dans les montagnes de Los Angeles et un chat éventré dans lequel on a pyrogravé une langue païenne sur les os de la colonne vertébrale dans un appartement lugubre de New-York ? À priori, aucun. Mais c’est à ce moment-là que la magie de l’écriture de Maxime Chattam opère.

Je n’avais encore jamais lu de Chattam avant celui-ci qui est l’un de ses derniers nés (avec « L’Illusion » sortit en 2020). Autant dire que cette expérience fut vraiment intéressante. Ne serait-ce qu’avec le prologue qui nous plonge directement dans l’ambiance et arrive à instiller, je ne dirai pas une peur, mais un sentiment d’inconfort face à ce qui est décrit. Après ce prologue, ainsi que le titre et une couverture qui envoie du lourd, on se doute, en substance, que les crimes auront un lien direct avec des insectes. Ah, des araignées, des scolopendres et autres joyeusetés dont on aimerait parfois oublier leur existence vont en mettre de la pagaille autour de notre détective Atticus. Et l’auteur s’est bien informé à leur sujet.

La magie s’opère dès l’instant où l’on pose deux enquêtes qui ne semblent avoir absolument aucun lien entre elles et pourtant, au bout du compte, on va trouver le fil qui relie les deux affaires. C’est un concept usé et réutilisé mais qui reste malgré tout efficace au possible. Cette jonction se réalise dès le titre et au fil de l’enquête on fait vite le lien entre ce jeu de mots et le contexte des deux enquêtes qui se rejoignent. Je suis généralement mauvais client lorsqu’il s’agit de Thriller mais là encore, avec le concept des insectes frétillants, j’avais vraiment envie de sortir (un peu) de ma zone de confort et découvrir les horizons de l’auteur.

De plus, l’histoire est bien servie par deux personnalités assez fortes pour continuer à nous intéresser à leur sort tout au long du récit. Et lorsque l’un d’eux est en danger, on ressent vraiment une pointe d’angoisse et savoir si c’est la fin pour eux ou non. J’ai particulièrement apprécié le personnage d’Atticus dont la souffrance silencieuse peut faire écho chez beaucoup de personnes. D’ailleurs, Kat Kordell ne souffre pas moins, à un degré différent certes, et se pose beaucoup de questions qui doivent hanter nombre de femmes à certains stades de leur vie.

Imaginez la même chose, mais avec des mille-pattes, des scarabées, des araignées… magnifique n’est-ce pas ?

Pas mal de messages également sur le monde dans lequel nous vivons avec les thèmes actuels qui nous occupent tous comme l’écologie, la place des genres dans une société trop longtemps menée par un patriarcat nombriliste, l’extrême puissance des entreprises qui passent à travers les mailles du filet des lois et des politiques corrompues, le web et sa capacité à nous espionner en tout temps et en tout lieu,… Certains points sont discutables mais la façon dont les sujets étaient amenés était assez intéressante que pour y apporter du crédit.

Après, on tombe face au cliché de la superpuissance des multinationales intouchables avec des dirigeants inattaquables à tout point de vue et on pourrait être un peu déçu du final de ce récit où le méchant a des motivations contestables et peu convaincantes pour ma part. De plus, ce finish a été un peu expédié à mon goût mais encore une fois, je ne suis pas connaisseur des Thrillers ou des écrits de l’auteur donc bon. Quelques facilités scénaristiques pour donner crédit à telle ou telle découverte pour faire avancer l’histoire et au final, on se demande si telle ou telle scène était vraiment nécessaire pour la continuité des enquêtes, avec une impression de vouloir combler.

Chattam, dont la plume a su conquérir des milliers de fans (avec entre autre la série « La Trilogie du Mal » ou encore « Autre-Monde » qui me fait de l’œil depuis longtemps), a vraiment une belle plume, avec certaines envolées lyriques et philosophiques qui amènent à une réelle réflexion, et même si j’ai cru lire ça ou là que ce n’était pas son meilleur roman, je suis satisfait d’avoir pu démarrer sa bibliographie par Un(e)secte qui est somme toute un bon thriller en One Shot même si l’auteur parlait d’éventuellement réutiliser son personnage d’Atticus dans d’autres écrits (ce à quoi je dis oui direct !).

Voici les points positifs et négatifs de ma lecture :

« Peu à peu, le peuple nocturne ressortit de ses tanières, de sa stupeur, et la nature se remit en marche, vivante et audible, et pourtant toujours invisible. »

Les + :

  • Un auteur qui a de l’expérience et qui possède une plume imagée et accessible pour nous immerger sans problème dans le récit. De plus, on sent tout le travail de recherche qui a été effectué au préalable et c’est un plus (et un peu flippant aussi quand on lit certains éléments, surtout en fin de livre).
  • Des personnages forts, incarnés principalement par Atticus Gore (que j’ai imaginé tout du long comme l’acteur Cillian Murphy (acteur principal de Peaky Blinders)) et Kat Kordell (que j’imaginais comme Monica Raymund (Gabriela dans Chicago Fire)) dont les passifs et les présents sont parfois lourds à porter et auxquels on peut facilement s’identifier. L’on ressent de l’empathie pour chacun d’entre eux et l’on ressent vraiment cette sensation d’évoluer et d’apprendre au fil de leurs enquêtes, de leurs réflexions et de leurs découvertes.
  • Deux histoires aux situations totalement différentes (aussi bien géographiquement que contextuellement) mais qui vont se rejoindre pour aboutir à une découverte commune et macabre. Connu mais toujours efficace.
  • Des insectes qui bouffent les gens ? Shut up and take my money !
  • Pas mal de messages porteurs comme l’écologie, l’acceptation des orientations sexuelles différentes, le contrôle de la société par les grandes entreprises, … Des thèmes connus mais abordés de telle manière qu’il est difficile de ne pas y réfléchir sérieusement après lecture.

Les – :

  • Une fin peut-être un peu bâclée.
  • Un antagoniste qui n’est pas à la hauteur des autres personnages. On ne ressent rien pour lui et on a du mal à comprendre ses motivations (elles sont claires, mais ce n’est pas pour ça qu’on y adhère). Les méchants sont ceux pour qui l’on ressent de l’empathie, dans lesquels nous pouvons nous retrouver dans certaines de leurs souffrances, un peu comme chez les héros (c’est mon avis en tout cas).
  • Quelques facilités pour faire avancer l’histoire, on découvre par inadvertance tel ou tel indice, on se retrouve comme par hasard au bon endroit au bon moment… ce genre de clichés, sans doute nécessaires pour faciliter le scénario, mais qui parasitent tout de même pas mal le récit dans son ensemble.

Conclusion

Mon premier Maxime Chattam et je ne suis pas déçu du voyage. Un détective en manque de réussite dans ses enquêtes et en mal d’amour se voit confier une affaire des plus troublantes où il doit résoudre le mystère d’un squelette entouré de grappes d’insectes écrasés. Une privée doit retrouver une fille qui semble avoir des penchants pour les rites sataniques et les fréquentations douteuses à souhait. Le lien entre les deux affaires qui se déroulent aux deux extrémités des States n’est pas flagrant, mais comme on dit, lentement mais surement, les deux enquêteurs découvriront la toile qui se cache derrière ces événements aussi perturbants que glauques. Des personnages forts, une écriture accessible et imagée à souhait, des réflexions sur la vie et sur le monde, quelques frayeurs, un zeste de bestioles rampantes et trébuchantes, vous avez là tous les ingrédients pour réaliser un bon Thriller aux accents de Fantastique (et peut-être même de SF si on cherche bien). Quelques facilités scénaristiques et un antagoniste pour lequel l’on ne ressent que peu d’émotion tout comme une fin un peu expédiée viennent ternir un tableau pourtant très sympa. Je ressors donc de cette lecture avec un bon sentiment, une belle découverte et fort heureusement, aucune phobie d’insecte n’est apparue à la fin de l’ouvrage. Un Thriller efficace que je recommande.

Note

8/10

Si vous avez apprécié cette critique (ou pas), n’hésitez pas à commenter. Si vous l’avez déjà lu ou si vous avez des questions spécifiques au récit, laissez une trace de votre passage 🙂

D’autres avis d’experts, c’est par ici –> Le coin lecture d’Emma, Feathersofbooks, La Bibliothèque de Juju, Au Chapitre, Aperto Libro, Julie Cordier,…

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s