Le Porteur de Mort, tome 2 : Tenshin (Angel Arekin), enjeux, morts et passion !

Couv-porteur-de-mort2-Premiere

Informations :

  • Édition : Plume Blanche 
  • Parution : mai 2017
  • Nombre de pages : 424 pages
  • ISBN : 979-10-94786-16-1
  • Prix : 21,90€ (broché)

Résumé :

Après 5 longues années d’apprentissage, Seïs rentre enfin auprès des siens. Cependant, l’appel du sabre grandit en lui et, malgré ses sentiments pour elle, Seïs abandonne une nouvelle fois Naïs, pour prendre ses fonctions de Tenshin à la capitale. Le sacre du nouveau roi est l’occasion idéale pour mettre en action tout ce qu’on lui a enseigné à Mantaore… Mais rien ne pouvait permettre de prévoir l’attaque d’envergure fomentée par le Renégat. En dépit de tous ces pouvoirs si durement acquis, Seïs ne peut rien y faire…

Angel Arekin

Mes impressions, tout est en place, on a hâte que tout se déclenche ! 

Nous voici de retour dans l’univers Fantasy d’Angel Arekin. Si vous vous souvenez bien, le tome 1 avait été chroniqué sur le Blog il y a déjà de cela un petit temps et il est régulièrement dans le top 5 des articles lus depuis son arrivée.

Il faut dire que ce tome 1 m’avait fait grosse impression. Notamment au niveau de la plume d’Angel, poétique et immersif à souhait, mais également du background et de la mythologie mise en place, donnant à son oeuvre une impression de grandeur et d’univers maîtrisé. Il s’agissait principalement d’un récit initiatique, mais qui posait les bases solides d’une suite prometteuse. Autant dire que la barre était déjà haute pour un tome 1 et que, forcément, j’attendais le tome 2 au tournant. Qu’en fut-il alors de cette suite tant attendue ?

le-porteur-de-mort-tome-1-l-apprenti-1293347
Pendant ce temps, le tome 1 s’offrait un petit lifting chez les éditions « Le Livre de Poche »

Nous reprenons donc notre recette par partie : une partie pour Seïs, le héros ténébreux aux vices discutables et à l’humeur bien complexe, et une partie pour Naïs, la cousine avec qui Seïs entretien un rapport disons…douteux. Cette structure propose d’avoir les deux points de vue les plus importants sans passer dans les têtes de nombreux autres personnages (car oui, il y en a pas mal) et nous permet d’élargir le champ d’action et de découverte du monde avec un équilibre constant.

Essayons de développer, en partie, ce tome 2 à travers nos deux personnages principaux.

Seïs :

Le turbulent Seïs a terminé son entraînement à Mantaore et est devenu contre toute attente un Tenshin (guerriers immortels qui aident les puissants à bien gouverner). Affublé de grands pouvoirs dont lui-même n’espérait pas un jour posséder, il devra conseiller les puissants, protéger la monarchie d’Asclépion ainsi que son peuple. Il retourne chez lui, à Macline, où il retrouvera Naïs, après cinq longues années. Ses parents seront très bien vus du fait de sa situation de Tenshin, son frère Fer le considère comme un escroc et sa relation avec Naïs est toujours aussi ambiguë. On lui ouvre les hautes sphères de sa ville natale, alors qu’avant il était plus souvent en prison que chez lui, mais il n’a pas perdu son penchant pour les recoins peu recommandables de la Ruche, au milieu des prostituées et des truands. Néanmoins, l’assassinat du Régent et le couronnement du futur Roi sont sur toutes les lèvres et Seïs se voit reprendre la route peu de temps après son arrivée. Il découvrira la capitale, Elisse, plus belle et majestueuse qu’il ne l’aurait jamais cru. Il y retrouve son ancien maître, Tel-Chire, et découvrira que la politique est une autre forme de guerre. Il dînera à la table des puissants, siégera au milieu de tous les autres Tenshins, retrouvera son ami de formation, le rouquin Lampsaque, et aura le privilège de s’entretenir avec le Roi. Mais une succession d’événements particulièrement atroces vont venir chambouler la vie du jeune Tenshin à jamais.

Naïs :

La jeune Naïs poursuit sa vie à Macline, attendant impatiemment le retour de son cousin Seïs en tant que nouveau Tenshin. Aujourd’hui une belle jeune femme toujours célibataire, elle exerce une attraction particulière sur la plupart des hommes. À l’annonce de la mort du régent d’Asclépion et d’une cohue générale au centre de la ville, elle se retrouve blessée et inconsciente dans son lit. Les rires dans la cuisine lui indiquent que Seïs est revenu. Elle découvre sa nouvelle renommée qui lui ouvre les portes des grandes demeures de la ville ainsi que ses nouveaux pouvoirs. Il lit en elle comme dans un livre et la couronne d’Astrée gravée sur son torse est le symbole de son immortalité. Son cousin, dont ses sentiments envers lui sont des plus troublants, a-t-il changé en même temps que ses pouvoirs ? Après une échauffourée dans les bois avec des mercenaires où son cousin fit étalage de ses capacités au combat, elle ne se doutait pas des complots qui se tramaient autour du Tenshin. Son départ fut difficile mais la fête d’Astrée aura tôt fait de la remettre dans le bain et la rencontre d’un curieux personnage d’une contrée lointaine envoyé par son frère (Teichi, dont le destin est de devenir Hélènide) apportera son lot de révélations aussi improbables que lourdes de conséquences. Mais de son côté également, des événements d’une importance capitale pour la suite vont se dérouler et Naïs en ressortira complètement « différente ».

560e3d83a2136eab78377f646ef2eba4
Seïs et Naïs, une relation qui évoluera de façon étonnante !

Lorsque les deux protagonistes sont ensemble, la narration suit le court du temps, même en passant d’un personnage à l’autre. Par contre, lorsqu’ils sont séparés, les deux timelines se suivent au même moment, ce qui permet à l’autrice d’exercer une sorte de jeu de miroir entre les deux histoires. Certains événements n’arrivent pas en même temps, mais font écho à ce qui se passe chez l’autre. Lorsque Naïs rencontre un jeune garçon avec un regard plus mûr que son âge le laisse supposer, Seïs fera la même constatation auprès du fils du roi. Lorsque Seïs ressent un grand vide en lui suite à un événement tragique, Naïs est vide également, différemment mais c’est en écho à celui de Seïs. Ce jeu des miroirs était déjà présent dans le tome 1 mais c’était peut-être moins flagrant.

En parlant de vide chez Naïs, et là, je suis obligé de spoiler un peu, cette dernière perdra la mémoire suite à un événement des plus inattendu. Cette perte de mémoire est « l’excuse » idéale pour nous aider à mieux appréhender le monde dans lequel notre lecture évolue. En effet, on lui expliquera qu’il existe plusieurs continents, de nombreux dieux et on apprend quelques légendes locales. Cet « apprentissage » apparaît également au premier tiers du livre lorsque Seïs est invité chez le gouverneur de Macline et donne une leçon d’histoire à Naïs par rapport aux tapisseries murales relatant de hauts faits historiques en lien avec les Tenshins. Preuve que, malgré son attitude rebelle, le bougre a bien retenu ses leçons.

tumblr_pko1fh8OXg1ua05u6o1_500
Arrivera le temps où Seïs ne sera plus que l’ombre de lui-même…

Il est clair que le destin a réservé un futur hors du commun à la famille Amorgen. L’immortalité appelle l’immortalité et chaque personnage de cette famille va se retrouver face à des choix fatidiques, des choix personnels qui auront des conséquences sur les autres. Les ennemis avancent leurs pions. Noterre, le Grand méchant dont on devine l’intelligence à travers les actions qu’il contrôle à distance, tire les ficelles d’un jeu dangereux, ses chiens sont lâchés et ses forces armées sont en place. Tout Asclepion est en émoi. Des enjeux personnels et à des niveaux bien supérieurs sont en marche, la mort rôde tout autour de Seïs qui voit les cadavres augmenter au fur et à mesure, tout comme Naïs d’ailleurs, tandis que l’amour et les petites sauteries auront des conséquences dont on ne devine pour l’instant pas encore l’ampleur. Les pièces sont en place, on a hâte que tout se déclenche et on se livre au petit jeu des pronostics sur ce qui pourrait bien se passer ensuite.

177ff103c996f127af0d639275fcd253
À quoi pourra bien ressembler le sabre du Porteur de Mort ?

Les paragraphes de pages noires en écriture blanche qui entre-coupent le livre semblent reprendre la mythologie du « Porteur de Mort », mais on n’en est pas sûr. L’on retrouve des personnages inconnus comme Torii (qui semble être le Porteur de Mort), une dame en narratrice, des noms comme la Maison Shin ou Shaolan,… Des passages beaucoup plus à la sauce asiatique et plein de mystères car on ne connaît pas le contexte et les deux protagonistes, la narratrice et le fameux Torii, ressemblent à s’y méprendre à Seïs et Naïs. Mais ces entre-deux s’étalent depuis le tome 1 et j’ai peur de ne rien me rappeler à la fin de la saga.

Soulignons encore une fois la très belle mise en valeur de l’objet livre par les éditions Plume Blanche (dont j’avais eu l’occasion d’interviewer l’éditrice lors du salon du livre de Bruxelles, article à retrouver ICI). Autre élément toujours très appréciable est la plume d’Angel Arekin qui m’avait vraiment soufflée lors de la lecture du tome 1. Un plaisir coupable entre poésie et moments crus délicieux et drôles. Du coup j’étais moins surpris mais le plaisir de lire une belle plume n’a pas de prix, et si en plus l’histoire est prenante, c’est combo gagnant les enfants !

couv68204757

« Soudain, son visage se dessina aussi clairement que s’il fut près de moi. Je me surpris à tendre la main vers lui comme si je pouvais le toucher. Son âme tout entière pénétra sous ma peau, me parcourut dans un violent frisson qui m’arracha un cri. Je l’appelai de toutes mes forces tandis que les flammes s’élevaient autour de moi. Et je sentais son corps contre le mien. Je le sentais… »

Ce que j’ai aimé

  • Comme pour le tome 1, l’objet livre est superbe, surtout le soin apporté à l’intérieur. J’apprécie moins la couverture de la version plume Blanche mais la version Poche est très sympa !
  • À nouveau, comme pour le tome 1, la plume d’Angel Arekin, un vrai plus avec cette touche de sensibilité féminine et de gouaille masculine dans les changements de chapitre. Angel, possèdes-tu un côté masculin caché ? Les descriptions, chose qui généralement m’ennuient au possible, sont très belle et on se plaît à imaginer les villes, les paysages, les personnages. Mention spéciale à Daphnis dont on aimerait bien avoir une image de ce que l’autrice se fait de ce personnage ^^
  • Les personnages, aussi bien les principaux que les secondaires, sont tous très bien travaillés. Bien sûr, Seïs est LE personnage à suivre tant il est différent de ce qu’on peut avoir habituellement en Fantasy. De plus, on peut être sûr qu’avec lui, on aura des passages glauques et des phrasés tordus bien comme il faut. Sa relation avec Naïs peut se révéler comme une « Dyade », vous savez, ce concept fumeux pondu par Disney dans le dernier Star Wars ? Sauf qu’ici, on y croit ! Les persos secondaires forts dont on devine parfois toute l’importance au travers de paroles ou de gestes anodins. Cela donne de la concistance à l’ensemble lorsqu’on peut compter sur chaque protagoniste car on sait qu’ils vont venir apporter quelque chose. L’entrée en scène des antagonistes comme les chiens de Noterre laisse entrevoir d’autres personnages encore hauts en couleur.
  • Le Worldbuilding, toujours un peu plus approfondi, toujours plus mystérieux mais rempli de promesses. On sent qu’apprendre la mythologie de ce monde n’est pas là juste pour combler ou faire jolie, mais que tout aura un sens ou sera déterminant dans la compréhension des événements à venir.
  • On sent que la suite va être tendue. La fresque prend malgré tout 2 tomes pour se mettre en place mais l’autrice sait y faire pour nous donner envie d’aller au tome suivant. Un jeu d’échec géant dont on doute qu’aucun des acteurs présent n’en ressortira vraiment indemne.
  • L’autrice n’hésite pas à s’en prendre aux personnages. Certains vont mourir, d’autres souffrir, peu de choses leur seront épargnées. J’ai vraiment transféré ma pensée dans celle de Seïs lorsqu’il était au plus mal, et à raison, et je ressentais sa peine et son désespoir (le pouvoir de s’identifier aux sentiments des personnages lors de moments forts, point important qu’a également réussi l’autrice).

Ce que j’aurai aimé, ce qui m’a dérangé

  • Bah, disons que deux tomes pour tout mettre en place, c’est un peu long. Comme mentionné pour le tome 1, je suis un amoureux des lectures nerveuses pleines d’action. Bon, on en a plus qu’au tome 1, certes, mais voilà, il est temps d’enclencher la vitesse supérieure. Je n’ai pas été plus loin dans la « Roue du Temps » au bout de 2 tomes car c’était long et plat (et archi-classique), ici l’histoire est suffisamment étoffée et intéressante et les personnages suffisamment forts pour que je continue l’aventure.
  • Les sentiments entre Seïs et Naïs. Je sais pas. Premier tiers je m’attendais à beaucoup plus entre eux (trop d’attentes pour leur retrouvailles ?) et dernier tiers t’a envie de dire « ça va, c’est bon, passe à autre chose ». Fin je sais pas, c’est difficilement descriptible. Il y a beaucoup d’introspection chez les deux personnages et on a envie que ça avance plutôt que toujours douter. Mais ça rejoint un peu le premier point, plus d’action, moins d’introspection.
  • Teichi. Autant la découverte du rôle du petit frère de Seïs avait été un point clé et franchement créatif du tome 1, autant là le gars débarque, en mode cheveux dans la soupe. Ses réflexions et cachotteries par rapport à sa famille m’ont fortement énervés (frustration de ne pas avoir le fin mot de l’histoire ? Possible).
  • Les entre-deux en pages noires et écriture blanche, bien que très intéressantes et remplies de mystères, j’ai peur de ne plus me souvenir de quoi on parlait au tome 1 et 2 lorsque j’arriverai à la fin de la saga.

Conclusion

Un tome 2 qui termine la mise en place des pièces sur l’échiquier initié dans le tome 1. Seïs est devenu un Tenshin et les files du destin et des intrigues vont se tisser autour de lui et de sa relation avec Naïs qui ne sera, elle non plus, pas épargnée par ce que lui réserve l’avenir. Une mise en place qui nous fait une promesse : une fresque énorme entre batailles et intrigues en tout genre. Pari risqué par Angel Arekin qui sera attendue au tournant du tome 3. On retrouve bien entendu les ingrédients qui ont fait le succès du premier tome : un objet livre toujours aussi agréable, merci les éditions Plume Blanche, une plume toujours aussi envoûtante et crue quand il le faut, des péripéties qui maintiennent l’attention du lecteur tout au long du livre, des personnages un peu plus malmenés et parfois sacrifiés,… Encore une fois, j’ai plus apprécié la partie Seïs car je ressens une identification forte par rapport à ce qu’il traverse tandis que la partie de Naïs n’est pas dénué d’intérêt puisqu’il nous apporte de nombreuses informations concernant le monde dans lequel nous évoluons. Quelques points négatifs entaillent très légèrement ma lecture qui fut néanmoins un très bon moment immergé dans ce monde Fantasy très original. La surprise du tome 1 est passée mais l’autrice reste fidèle à des éléments forts comme un worldbuilding condensé et crédible ainsi qu’à des personnages forts et atypiques. Maintenant que la mise en place est réalisée, on attend plus que le tout se déclenche pour un spectacle grandiose ! 

Note

8,5/10

Si vous avez apprécié cette critique (ou pas), n’hésitez pas à commenter. Si vous l’avez déjà lu ou si vous avez des questions spécifiques au récit, laissez une trace de votre passage 🙂

Articles du même auteur ou en lien :

D’autres avis d’experts, c’est par ici –> Les Fantasy d’Amanda, Lire une passion,…

 

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. L’une de mes sagas chouchoutes, j’avoue 😛 ! Je pense sincèrement que le tome 3 (qui reste mon préféré à ce jour) répondra à toutes attentes. C’est un condensé d’action (du moins, après une brève introduction lol) et de révélations. J’ai eu l’impression que tout se mettait en place dans Le lion blanc et que tout prenait enfin sens ! Magistral, un coup de cœur pour moi 😁.

    Par contre, je te comprends dans ta peur de ne pas parvenir à raccrocher les wagons entre les tomes vis-à-vis des pages noires. Dans les premiers volets, elles n’en dévoilent que très peu. Pour moi, elles sont davantage importantes à partir du tome 4 😉.

    Bref, je suis contente de savoir que tu vas poursuivre l’aventure. Tu verras, ça vaut le détour ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. John Évasion dit :

      Ah ça je le sais bien que tu es fan de cette saga 😀
      Ah oui mais si tu dis que ton préféré c’est le 3 je vais me méfier des suivants car je vais avoir peur qu’ils soient moins bien du coup xD
      Oui pas de soucis je compte allez au bout du combat, les personnages sont suffisamment forts et attirants pour vouloir continuer l’aventure à leurs côtés. Mais comme j’ai de plus en plus d’attentes j’espère vraiment ne pas être déçu.
      Merci pour ton com ! 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Si ça peut te rassurer, l’auteure et l’éditrice ont une préférence pour le tome 5 😛.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s