Avis Lecture : Haut-Royaume, tome 2 : L’Héritier (Pierre Pevel)

Informations :

  • Édition : Bragelonne
  • Parution : Août 2016
  • Nombre de pages : 624 pages
  • ISBN : 978-2-8112-1773-0
  • Prix : 5,99€ (Ebook), 8,20€ (Pocket), 22,00€ (Broché)

Résumé :

Après les derniers événements qui ont déchiré le Haut-Royaume, le prince Alan a pris le commandement de la garde d’Onyx, garante de l’autorité du souverain. Mais la reine, aussi ambitieuse qu’impitoyable, est bien décidée à gouverner à la place de son époux mourant.

Menacé par la guerre civile et les luttes de pouvoir, le royaume se trouve plus divisé que jamais.

Les desseins du Dragon du Destin sont obscurs, mais ils finissent toujours par s’accomplir.

«  – En politique, mieux vaut ne pas trop s’inquiéter des raisons qui motivent chacun. Seul le résultat compte, non ? Qu’importe si tel est guidé par l’intérêt et tel autre par l’ambition, s’ils parviennent à s’entendre ? Plutôt que de sonder le cœur des hommes, mieux vaut mesurer ce qui ressortira de leurs actes et ne pas trop faire la fine bouche. En politique, je doute que quoi que ce soit ait déjà été fait pour le bien commun par bonté d’âme. »

Pierre Pevel

Mes impressions

On poursuit l’aventure du Haut-Royaume, dans un monde Fantasy imaginé par le talentueux Pierre Pevel. Le tome nous avait laissé une excellente impression grâce notamment à un Worldbuilding très intéressant, des intrigues et des rebondissements, ainsi qu’un personnage principal fort et ambigu en la personne de Lorn Askarian.

Je tiens à préciser qu’il s’agit ici d’un tome 2 et que, par conséquent, j’estime que vous avez lu le tome 1. Si ce n’est pas le cas, vous serez grandement spoilé et je vous encourage donc à lire le tome 1 avant de lire cette chronique.

Nous nous étions donc quitté sur une victoire inextémis des haut-royaux sur les soldats de l’Yrgaard menés par le Prince-dragon, Laedras, l’un des fils de l’Hydre Noire, Orsak’yr, le Dragon de la Mort et de la Nuit, lors du siège d’Angborn. Lorn, auréolé de sa victoire et de son prestige de détenir l’anneau lui confèrent le statut de « Premier chevalier du Royaume », allait poursuivre sa vengeance et allait devenir le nœud d’intrigues politiques dont il ne possédait pas toutes les ficelles.

Que nous propose ce tome 2 ?

Le récit :
Le prince Alan, troisième fils du Roi (et deuxième de la deuxième Reine ainsi que deuxième à la succession du trône), reprend en main la garde d’Onyx, orpheline d’un Lorn assassiné dans des circonstances tragiques. En tant que prince, mais également chef de la garde, il devra faire ses preuves et jouer sur deux tableaux. Il mène les négociations entre les dignitaires du Haut-Royaume et ceux de la cité d’Arcante. Cependant, une tentative d’assassinat viendra capoter le tout et la guerre n’est plus qu’une question de temps. Pendant ce temps, Alissia de Laurens, sœur d’Elenzio, noie son chagrin dans la lecture et la solitude. Grand amour du chevalier Lorn, elle ne se remet pas de son décès mais pourra compter sur le soutien de sa meilleure amie, Eylinn, fille du Duc de Feln connu pour sa richesse et ses intrigues.

Bon, la première chose, c’est que Lorn est mort. Et ça, je ne l’avais pas vu venir. La deuxième chose, Lorn est mort, et ça m’a foutu les boules au possible car j’adorai le personnage. Troisième chose, Lorn est mort, et c’est le bordel comme jamais dans le Haut-Royaume. Bon, j’arrête là mais clairement, je fus déstabilisé par ce nouvel élément, surtout lorsque l’on sait que le « Destin » promit au chevalier à l’épée était énorme. Qu’à cela ne tienne, nous irons de surprises en surprises dans ce deuxième tome qui apporte son lot de révélations et d’interrogations. Car le Concil d’Irk’ans est bien décidé à réaliser les volontés du Dragon du Destin.

L’on pourrait se plaindre que l’on ne sait pas ce qui a pu se passer entre la fin du tome 1 et l’assassinat du chevalier. C’est vrai, on ne nous apprend rien, même pas ce qui a été accompli après le combat d’Angborn (ou alors, c’est que l’assassinat a eu lieu très peu de temps après et auquel cas, je n’ai pas été assez attentif avec les dates, c’est possible). La partie avec Alissia de Laurens est un peu ennuyeuse même si l’on comprend toute l’importance et les répercutions que cela va engendrer par la suite. Nous serons cependant heureux de retrouver des personnages forts comme Reik Vahrd, l’ancien forgeron royal et première recrue des gardes noirs, tout comme sa fille Naéris, ou encore Yeras et Logan même si ces deux membres de la garde sont plus discrets (mais tellement stylés), le comte d’Argor, mais aussi Estévéris le premier ministre obèse et intriguant et la Reine Célyane qui n’a qu’une envie, poser Alan sur le trône du Haut-Royaume à tout prix. Nous découvrirons de nouveaux personnages comme la famille des Laurens, le fils du comte d’Argor et la Princesse d’Arcante (ancienne maîtresse du Roi Erkland II cela dit en passant), les nouveaux chevaliers de la garde d’Onyx, on apprend à mieux connaitre des personnages comme le prince Yrdell ou l’amie et conspiratrice Eylinn et sa « relation » bizarre avec son père,…

Un livre dont la géopolitique sera bien plus complexe qu’il n’y paraît. Le siège de la cité d’Arcante soulèvera de nombreux points sur les alliances et différentes affinités entre les royaumes. Il est dommageable de na pas avoir de carte pour se représenter exactement les lieux importants du récit (sachant que les personnages feront énormément de chemin, comme c’était déjà le cas dans le tome 1), juste pour le principe. Nous découvrirons que l’Obscure est bien plus présente que nous le pensions au tome 1 et les combats seront légions et à différents niveaux. Les luttes seront aussi bien présentes dans l’assemblée d’Irk’ans (ceux qui interprètent et font respecter les décisions du Dragon du Destin) que dans la cours (les trois princes), et au sein des gardes noirs même, en plus de la guerre civile qui menace d’éclater à tout moment. Un combat contre l’Obscure est également présent avec la présence des Frères-chevaliers, sorte de « Croisés » dont les forts sont autant de remparts face à la résurgence de ce mal qui ronge certains lieux bien précis à cause de la précédente guerre contre les dragons d’ombre et d’oubli.  La religion viendra elle aussi planter ses graines de la discorde de manière tout à fait subtile et l’on ne doute pas que, menés par un Jall (deuxième fils d’Erkland II et premier de la deuxième Reine) de plus en plus encensé, les adeptes du Dragon-Roi Sacrifié auront leur rôle à jouer dans la guerre générale qui se profile.

La fin est juste insoutenable et si on est suffisamment imprégné de l’histoire, on n’attend qu’une chose, passer au tome 3 ! Ce cliffhanger violent…et pourtant on peut le voir venir mais il est clairement satisfaisant !

Voyons plus bas les + et les – de cette lecture :

« – La destinée de chacun est semblable à un cours d’eau. Certains sont des ruisseaux paisibles. D’autres sont des rivières. Quelques-uns sont des fleuves puissants qui attirent à eux les cours d’autres destinées. »

Ce que j’ai aimé

  • Le worldbuilding, comme pour le tome 1. C’est immersif et on souhaite en apprendre à chaque fois un peu plus grâce notamment aux petits extraits en début de chaque chapitre. Mais ce tome 2 se concentrera plus sur les relations géopolitiques et on en apprend plus sur les relations entre les différents royaumes et régions du monde bâtit par l’auteur (qui ressemble à s’y méprendre à une Europe de la Renaissance).
  • Là encore, les personnages font le travail. Le retour de certains, l’approfondissement pour d’autres, des adieux pour quelques malheureux. Vivre ces aventures avec ces personnages est un vrai plaisir.
  • La plume de l’auteur. Fluide, compréhensible, soutenue sans l’être de trop pour être accessible à tous. L’auteur sait manier les mots sans retenue et nous immerge suffisamment pour vivre les aventures pleinement. Sans que cela ne soit un « Whouah », l’écriture reste une belle surprise et on apprécie les belles plumes sur le Blog !
  • Les intrigues politiques et rebondissements en tout genre (surtout dans ce livre) font toujours le sel de cette saga. Pas mal d’action également (pour mon plus grand plaisir) où on ne nous épargne aucun détail. L’Obscure et ses monstres auront leur carte à jouer également et ce n’est pas pour nous déplaire. D’autres contrées, d’autres ennemis à tuer, d’autres aventures. On ne s’ennuie jamais !

Ce que j’aurai aimé, ce qui m’a dérangé

  • La mort de Lorn dès le début m’aura complètement déstabilisé. Du coup, j’ai eu du mal à démarrer et à imaginer Alan comme personnage principal et à sa prise de pouvoir sur les gardes d’Onyx. Quelle violence d’entrée de jeu ! (bon j’exagère, mais j’avoue que je ne m’y attendais pas)
  • Les passages avec Alissia qui m’ont paru fort long. Bon, ils sont nécessaires car la pauvre connaîtra des montagnes russes d’émotions qui rendraient folle n’importe quelle fille, mais voilà. Vous connaissez mon goût pour l’action et la BAGUARRE ! (Ahem…) et du coup ces moments-là me semblaient interminables, même si on ressent clairement de la compassion pour la pauvre fille.

Conclusion

Un second tome dans la lignée directe du premier, avec les mêmes intervenants, de nouvelles têtes également, toujours la même complexité entre les intrigues divines, humaines et de l’Obscure, de l’action comme il faut, un worldbuilding complexe mais compréhensible, des personnages torturés dans tous les sens et bien campés dans leurs rôles, le tout amené avec justesse par une écriture toujours aussi fluide et accessible. Hormis les passages d’Alissia où j’ai sans doute ressenti plus d’ennui car je suis avant tout un amateur d’action (mais sa peine était cependant palpable et attisait mon empathie) et un début qui m’aura vraiment pris à contrepieds, j’ai été très satisfait par cette suite qui termine les mises en place et nous prépare à un troisième tome terrible. En bref, j’ai hâte de lire la suite et ça, ça prouve que la recette fonctionne à merveille !

Note

8,5/10  

Si vous avez apprécié cette critique (ou pas), n’hésitez pas à commenter. Si vous l’avez déjà lu ou si vous avez des questions spécifiques au récit, laissez une trace de votre passage 🙂

Articles du même auteur ou en lien :

D’autres avis d’experts, c’est par ici –> LeScribouillard, Marjorie, Forlfaerie, Lalou,…

Publicité

5 réflexions au sujet de « Avis Lecture : Haut-Royaume, tome 2 : L’Héritier (Pierre Pevel) »

  1. Oulala ça remonte à loin cette lecture pour moi, je l’avais lu à sa sortie et je n’ai plus continué parce qu’il y a eu plusieurs années entre les tomes et que je suis passée à autre chose. Puis je ne lis plus Bragelonne. Mais contente que tu aies passé un bon moment malgré le fait que tu as été déstabilisé o/

    Aimé par 1 personne

      1. Je me dis qu’on passe tous toujours à côté d’une belle saga quelque part parce qu’on ne peut pas tout lire 🙂 Puis ça ne correspond plus à mes goûts de lectrice d’aujourd’hui de toute façon.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s