La Roue du Temps, Intégrale 1 : L’Oeil du Monde (Robert Jordan), un classique de Fantasy gentillet…

la-roue-du-temps-tome-1-14-l-oeil-du-monde-889752.jpg

Informations :

  • Édition : Bragelonne
  • Nombre de pages : 864 pages
  • Date de publication : 18/05/2016
  • Prix : 10,00€ (Broché), 7,99€ (Ebook), 39,95€ (Audible)
  • ISBN : 979-10-281-0057-5

Résumé :

C’est la Nuit de l’Hiver dans la contrée de Deux-Rivières et, en ce soir de fête, l’excitation des villageois est à son comble. C’est alors qu’arrivent trois étrangers comme le jeune Rand et ses amis d’enfance Mat et Perrin n’en avaient jamais vu : une dame noble et fascinante nommée Moiraine, son robuste compagnon et un trouvère. De quoi leur faire oublier ce cavalier sombre et sinistre aperçu dans les bois, dont la cape ne bougeait pas en plein vent…

Mais, quand une horde de monstres sanguinaires déferle et met le village à feu et à sang, la mystérieuse Moiraine devine qu’ils recherchaient quelqu’un : pour les trois amis l’heure est venue de partir. Car la Roue du Temps interdit aux jeunes gens de flâner trop longtemps sur les routes du destin…

Robert_Jordan.jpg
Robert Jordan

« La Roue du Temps tourne et les Âges naissent et meurent, laissant dans leur sillage des souvenirs destinés à devenir des légendes. Puis les légendes se métamorphosent en mythes qui sombrent eux-mêmes dans l’oubli avant la renaissance de l’Âge qui leur donna jour. »

Mes impressions, la surprise n’est plus vraiment au rendez-vous

Couverture :
La couverture de l’intégrale est belle, sobre tout en étant bien travaillée, avec une couleur tape à l’oeil qui attire le regard. Les couvertures des anciennes éditions chez Pocket étaient vraiment vieillottes tandis que les nouvelles de chez Bragelonne sont très stylisées, un peu comme la réédition de The Witcher il y a quelques mois de cela. Cependant, et toujours en lien avec The Witcher, Bragelonne a ressorti une toute nouvelle édition (c’est toujours les mêmes textes hin !) mais avec l’image de la série Netflix pour l’occasion, une occasion de surfer sur l’éventuel succès de la série avant même qu’elle ne démarre dans un but commercial discutable. Donc, vont-ils faire le même coup avec la nouvelle série « La Roue du Temps » d’Amazon qui sortira entre 2020 et 2021 pour « surfer » d’un succès calculé alors que la nouvelle édition est toute récente (2018) ? Réponse bientôt.

Les personnages :
Comme dans de nombreux romans épiques, on retrouve des personnages à foison, avec plus ou moins d’importance en fonction des événements qu’ils traversent tout au long du récit.

Le roman se basera surtout sur le personnage principal Rand Al’Thor, fils du fermier Than Al’Thor et d’une étrangère décédée quelques années avant les événements. De temps à autre, le récit se concentrera sur les péripéties d’autres personnages comme Perrin Aybarra, un ami de Rand et Nynaeve (prononcez « Ninévé »), la Sage Dame du village d’où est issu le héros. Nous avons donc Rand, entouré de ses amis Perrin et Mat Cauthon (le blagueur foireux de service) qui seront les sujets principaux de l’histoire.

Outre nos trois joyeux lurons et la Sage Dame, viennent se greffer à eux toute une série d’autres personnages. Tout d’abord il y a Moiraine, une Aes Sedai (sorte de sorcière) suivie comme une ombre par son « Champion » nommé Lan. C’est Moiraine qui va déclencher le périple d’une troupe qui sera également composée d’Egwene, l’apprentie Sage Dame et l’amoureuse sans trop l’être de Rand (oui, on ne sait pas très bien, c’est tendu et en même temps plein de tendresse, j’ai pas compris, trop complexe) et Thom Merrilin, un trouvère (ou ménestrel si vous préférez) qui est un des personnages les plus intéressants du livre. Bien plus tard, dans ce groupe improbable, s’ajoutera un Ogier du nom de Loial (sorte de géant écolo un peu trop intrépide pour son peuple) dont l’intervention sera capitale pour la suite de l’aventure.

Ensuite vient le grand méchant pas beau de l’histoire, le Ténébreux, aussi appelé Shai’Tan ou encore le « Père des mensonges » qui, Ô surprise ! veut recouvrir le monde de…ténèbres et détruire la Roue du Temps. Pour ça, il va s’en prendre aux trois garçons (il en cherche un en particulier, qui serait, Ô surprise ! « l’Élu ») et envoyer tous ses sbires à leur recherche.

Dans ce périple nous aurons l’apparition de nombreux aubergistes, de fermiers, de membres de la famille royale en personne, d’un colporteur, de chefs de bastions, de nomades et d’un homme-loup que j’ai particulièrement apprécié l’apport de par sa différence et son caractère, Elyas.

Je ne vais pas prétendre que j’ai été convaincu par tous les personnages. Certains comme Thom Merrilin et Elyas m’ont beaucoup plu, tandis que les histoires de « Je t’aime/moi non plus » entre Rand et Egwene ou la relation improbable entre Lan et Nynaeve me sont sortis par les trous de nez. Le dédain continue de la sage femme pour l’Aes Sedai Moiraine est à la longue plus que fatiguant et l’effacement de Perrin au fil de l’histoire est accablant.

Des hauts et des bas donc, mais avec une belle diversité et pas mal de clichés.

la-Roue-du-Temps
Source : http://livre-fantasy.fr/retrouvez-la-roue-du-temps-et-perrin-le-temps-dune-nouvelle/

Le récit :
La Nuit de l’Hiver arrive sur Champs d’Emond où vivent Rand le fermier, Mat le paysan et Perrin le forgeron. Le village sera en fête. Deux étrangers, un homme et une femme sont présents ainsi qu’un trouvère, puis le colporteur qui vient apporter des nouvelles du monde extérieur. Tout est réuni pour que la fête soit la plus belle. Jusqu’au moment où, sans crier gare, des Trollocs, monstres mi-humains mi-loups ou chèvres, attaquent la ferme de Rand et blessent gravement son père. Rand arrive malgré tout à leur échapper et à conduire son père jusqu’au village où il découvre que les monstres ont également fait des ravages. Durant le voyage, son paternel, prit de forte fièvre, déblatérera des délires qui instilleront le doute dans l’esprit du jeune homme concernant ses origines.

Comme tout bon roman épique qui se respecte, Rand va quitter Deux Rivières pour protéger les siens, suivit de Perrin, Mat et Egwene ainsi que les deux étrangers présents juste avant les festivités du village (Moiraine et Lan), tout comme le trouvère Thom et, par la suite de la sage femme Nynaeve. Ce groupe essaiera de semer le Mal qui les poursuit, matérialisé en Trollocs (dérivés spirituels des Orques) et en Myrddraals (les Nazguls locaux) et autres obscures bestioles de toutes sortes.

Au final, nous sommes dans le type de lecture de Fantasy archi-classique et manichéen au possible : des jeunes innocents « élus » et un peu naïfs qui vont découvrir le monde en sortant de leur village tout en étant poursuivis par les forces du mal, et sur qui le sort du monde reposera sans même le savoir. Un début d’aventure qui rappelle très fortement « Le Seigneur des Anneaux » du père Tolkien et qui, au jour d’aujourd’hui, semble manquer d’originalité après toutes ces années. Après, quelques points originaux viennent garnir l’ensemble et le background (Histoire du monde, la mythologie,…) ainsi que le Worldbuilding (la géographie, les habitants, les monstres,…) sont très poussés et, bien qu’on pourrait s’y perdre à des moments, nous donnent le sentiment d’avoir affaire à quelque chose de grand. On comprend toute l’importance de la Roue du temps, des intérêts du Père des mensonges et les objectifs sont clairement définis. En termes d’action, on en a, mais c’est assez plat. Y a pas de moments de « Whoah ! » sauf à la fin où on se dit que l’ami Robert Jordan a surement usé d’un trop plein d’herbes pas forcément légales pour terminer cette première partie de sa saga.

Bon, vous l’aurez compris, satisfait mais pas vraiment. On est un peu dans le syndrome du verre à moitié vide ou à moitié plein. Pour ma part je serais plus dans la partie vide car, de façon générale par rapport à toute cette réputation que traîne la saga, je n’ai pas été super surpris ou totalement emballé. Comme dit plus haut je n’ai pas eu le « Whoah » que j’ai pu avoir sur d’autres grandes œuvres. Mais voyons ensemble, les points que j’ai appréciés et qui m’ont chagrinés.

roue du temps serie amazon
Une chose est sûre, ça risque d’être long…

« Fuir n’est pas la solution que je préfère mais, dans cette chasse, nous sommes le lièvre et les règles du jeu nous sont imposées par les chiens. »

Ce que j’ai aimé

  • Les couvertures Bragelonne des intégrales et des nouvelles éditions sont belles, soignées et attirent l’œil. À voir s’ils ne vont pas faire une édition spéciale série comme ils l’ont fait pour The Witcher.
  • Une sacrée réputation amène obligatoirement des attentes et, même si j’ai été assez mitigé après lecture, il faut admettre que la première intégrale pose les bases d’une épopée qui semble bien plus grande et vaste que ce qui est proposé ici. Même si on est dans du classique, on sent que la l’originalité et l’apparition de thèmes plus complexes vont arriver dans les prochains tomes.
  • L’écriture de l’auteur est fluide, belle dans ses descriptions et accessible à tous.
  • Un Worldbuilding et une mythologie très profonde et maîtrisée, qui laisse penser que la suite nous fera découvrir encore plus de choses importantes par rapport au monde dans lequel les personnages évoluent.
  • Des personnages principaux (même si on regrettera certaines décisions qui manquent de maturité pour des gars de 20 ans et sur qui repose le sort du monde encore une fois alors qu’ils ne connaissent rien du dit monde) et quelques secondaires bien ficelés, torturés intérieurement, avec des péripéties différentes pour chacun d’entre eux, même s’ils se rejoignent pour la dernière partie, ce qui ajoute de la diversité, que cela soit dans les paysages, les événements rencontrés, les évolutions personnelles ou encore par rapport aux peuples ou personnages secondaires rencontrés en chemin. Un pouce levé à deux personnages qui m’ont beaucoup plu, le trouvère Thom Merrilin et l’homme-loup Elyas.

Ce que j’aurai aimé, ce qui m’a dérangé

  • Tolkien like et menu classique. De la quête en passant par les ennemis ou les protagonistes, on a du mal à ne pas faire le lien avec la saga du Seigneur des Anneaux. Cette intégrale conviendrait bien à des lecteurs qui débutent en Fantasy, mais pour ceux qui sont rompus à l’exercice, le livre aura un goût de déjà vu. Heureusement, certains passages et certaines idées originales viennent un peu casser cette impression mais qui sera malgré tout persistante tout du long.
  • Il y a pas mal d’événements tout au long de la lecture et pourtant, on ne peut se détacher de cette impression qu’il ne se passe pas grand chose. C’est parce que l’ensemble du récit n’est finalement qu’une grande course poursuite et du coup, on a l’impression de ne faire que ça, avec quelques nuances et variations par-ci par-là.
  • L’action, il y en a, mais c’est d’un gentillet… puis la fin, une impression que l’auteur ait trop usé d’opium pour terminer cette première partie de saga.
  • Les relations entre les personnages qui ne sont pas optimales. Le champion de l’Aes Sedaie, Lan, qui appelle sans cesse les trois garçons par leur statut de villageois (fermier, forgeron par exemple) et ne les appelle jamais par leur prénom de tout le texte (avec dédain, précisons-le-), les relations entre l’Aes Sedaie et la Sage-femme, le jeu de séduction qui ne mène à rien entre Rand et Egwene… Pff, c’est lourd sur un texte aussi long.

Conclusion

En gros, une histoire épique dans un monde médiéval Fantasy tout ce qui a de plus classique et manichéen au possible. Là où Poul Anderson prenait à contre-pieds les idées de Tolkien qu’il jugeait trop « gentilles » avec son récit « L’épée brisée », Robert Jordan lui reprend, à peu de choses près, les mêmes codes que  la saga du « Seigneur des Anneaux ». Trois paysans qui se retrouvent confrontés à un Mal ancien, obligés de quitter leur chez eux pour fuir Trollocs et autres Myrddraals qui les pourchassent sans relâche à travers un monde qu’ils ne connaissent pas (Frondon, les Nazguls,… vous voyez où je veux en venir ?). Bref, une intégrale qui plaira aux débutants mais qui risque de donner une impression de déjà vu aux lecteurs chevronnés de Fantasy. Après, quand je dis pour débutant, il faut nuancer malgré tout car le Worldbuilding et la mythologie qui englobent cette saga est prometteuse et on pourrait vite se perdre dans les Héros d’antan, les différentes classes de personnages ou les légendes qui ont fait l’Histoire du Monde dans lequel évoluent les protagonistes. Quelques idées bien senties apportent de la diversité et de la créativité à ce récit mais l’action trop lisse, l’impression de ne pas avancer et une mauvaise utilisation des relations entre personnages nous laisse un arrière goût amer en fin de lecture (puis la fin…mazette…quelle affaire). Bref, pas sûr que je veuille me relancer dans l’aventure de la Roue du temps, surtout quand on voit le nombre de tomes qui attendent derrière. Mais je pense malgré tout qu’il faut l’avoir lu au moins une fois pour savoir de quoi ça parle et pour se préparer à la série télévisuelle qui arrivera (normalement) courant de l’année (une série qui va encore nous pondre de nombreux jeunes acteurs à bas prix pour un résultat que je prévois douteux, mais je suis mauvaise langue… on verra bien).  

Note

6,5/10

Si vous avez apprécié cette critique (ou pas), n’hésitez pas à commenter. Si vous l’avez déjà lu ou si vous avez des questions spécifiques au récit, laissez une trace de votre passage 🙂

D’autres avis d’experts, c’est par ici –> Catherine Loiseau, La taverne du Geek, Black Wolf, Nyx Shadow, Lire à la folie, Chroniques littéraires de Goupil, Elhyandra,…

12 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Bien que j’ai beaucoup aimé le premier tome, je comprends tes réserves!
    J’ai eu beaucoup de mal avec le tome 2 et je me débat encore avec l’idée de continuer ou non 🙂
    Merci pour le lien en tout cas 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. John Évasion dit :

      Oh, pour ma part, je laisse tomber (en tout cas pour un moment), j’ai testé, je suivrais la suite avec la série si elle est captivante, sinon j’ai beaucoup d’autres livres qui attendent dans la PAL et qui méritent qu’on s’y intéresse ^^
      De rien pour le lien 😉

      Aimé par 1 personne

  2. OmbreBones dit :

    Mmmh. Bon bah ça règle la question, je vais continuer de passer mon tour 😁 merci pour ta chronique !

    Aimé par 1 personne

    1. John Évasion dit :

      En effet, je suis pas certain que ça soit pour toi pour le coup. Y a mieux.
      De rien 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Madame Lupin dit :

    Roue du Temps est une saga que j’adore , pour moi c’est le meilleur roman fantasy après fantasy après Tolkien ^_^

    Aimé par 1 personne

    1. John Évasion dit :

      Perso ce début très lent et très classique me bloque pour continuer, mais peut-être que la série télévisuelle me donnera envie de m’y replonger ^^ mais je comprends ceux qui ont adoré leur lecture.

      J'aime

  4. Adlyn dit :

    Cette saga fait partie du triptyque (avec Le Trône de fer et le Disque-Monde^^) qui m’avait fait plonger dans le dur de la fantasy il y a plus de 10 ans (ouch, ça fout un coup de vieux^^’) alors je n’avais pas les codes qui auraient pu me faire déprécier cette saga à l’époque et j’y ai totalement succombé. Et ce qui me la fait garder comme une de mes sagas-phare, c’est le worldbuilding dont tu parles, un système politique et une construction d’univers absolument phénoménaux qui valent le coup d’être explorés au fil des tomes.
    Je sais que beaucoup regrettent la lenteur de la saga, qui met du temps à se mettre en place, mais pour moi, c’est justement sa force : voir chaque rouage se mettre lentement en place jusqu’à enclencher la machine inéluctable est assez jouissif^^ Mais clairement, c’est un parti pris qu’il faut aimer, auquel on peut très bien ne pas adhérer ! 🙂

    Aimé par 2 personnes

  5. Symphonie dit :

    Comme quoi^^ La Roue du Temps fait partie de mes cycles préférés^^

    Aimé par 1 personne

  6. Elhyandra dit :

    Je l’ai écouté en janvier-février (toujours pas chroniqué), bien lu et facile à suivre c’est effectivement classique mais plaisant, je le poursuivrai quand j’aurais trouvé un moyen d’avoir plus de mémoire dans mon téléphone ^^

    Aimé par 1 personne

    1. John Évasion dit :

      J’avais entendu une partie (c’est Arnaud le Ridant qui fait la voix je crois) et c’est vrai que c’était très sympa !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s