Auteurs : Lettre A, 1ère partie (Asimov, Arnaud, Abnett)

A (1ère partie)

A comme Asimov, Arnaud ou Abnett. A comme auteurs de talent et connus dans le monde de la littérature de l’Imaginaire.

Pour ce premier article, on part fort, avec un monstre sacré de la SF, un prolifique français et un anglais fan des Wargames.

Asimov (Isaac)

1_ZFcMZU_NT7Jw5EA24y5joQ.png

« Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Petrovitchi (Russie) , le 02/01/1920
Mort(e) à : New York , le 06/04/1992
Biographie :

Isaac Asimov est un écrivain américain d’origine russe, surtout connu pour ses œuvres de science-fiction et ses livres de vulgarisation scientifique. Il a signé Paul French pour ses romans pour les jeunes.
Issu d’une famille juive, il émigre aux États-Unis au début de l’année 1923, à l’âge de trois ans, en compagnie de ses parents et de sa sœur cadette, Rachel. Il est naturalisé en 1928. Il travaille dans le magasin familial et vers l’âge de onze ans, il commence à écrire ses premières nouvelles.
Ses études sont brillantes et lui permettre, grâce à une bourse, d’entrer à l’université Columbia. Il passe une licence en sciences (1939) avant d’obtenir une maîtrise en chimie (1941) et un doctorat en biochimie (1948). Par la suite, il devient chargé de cours à l’université de Boston.
Il participe à la Seconde Guerre mondiale. Au cours de sa brève carrière militaire, il est nommé caporal. il commence à écrire de la science-fiction et voit sa première nouvelle, Marooned Off Vesta (Au large de Vesta), publiée en 1939. Il se marie avec Gertrude Blugerman le 26 juillet 1942.
Après la séparation avec sa femme en 1970, puis son divorce en 1973, il se remarie avec Janet Opal Jeppson. La suite de la vie d’Asimov est celle d’un auteur à succès, presque entièrement consacrée à l’écriture et aux conférences.
Il est mort d’une insuffisance cardiaque et rénale consécutive à une infection par le VIH, qu’il avait contractée lors d’une transfusion sanguine pendant un pontage coronarien en 1983.

Asimov laisse derrière lui des centaines de livres – dont 116 anthologies.
Le dernier livre qu’il a écrit est une autobiographie, « Moi, Asimov ».
Il a reçu aux cours de sa carrière, quelques 10 prix Hugo dont 3 du meilleur roman, 7 prix Locus dont 2 du meilleur roman et 3 prix Nebula dont un du meilleur roman.
Il est le créateur de la robotique et une grande partie de son œuvre tourne autour de ce sujet. Il est notamment, avec l’appui de Campbell, à l’origine des trois lois de la robotique qu’il respectera dans chacun de ses livres. »

Source : Babelio

Photo_46170

Qui n’a jamais, ne serais-ce qu’une fois dans sa vie, entendu parler d’Isaac Asimov (tout du moins pour ceux qui s’intéressent aux genres de l’Imaginaire) ? 

Un Must have de la littérature SF, un monstre sacré du genre qui aura, grâce à son cycle de Fondation et à son cycle des Robots, imposer sa vision du futur et de l’avènement des technologies robotiques. Avec Arthur C. Clark et Robert A. Heinlein, il fait partie des « Trois Grands » (Big three) auteurs de science-fiction de langue anglaise !

Prolifique à souhait avec près de 500 ouvrages à son compte, il a également produit quelques textes de Fantasy et de non-fiction. Son oeuvre débutera avant la deuxième guerre mondiale et le suivra bien longtemps encore après son décès en 1992 des conséquence du VIH. 

Aujourd’hui, en ce qui me concerne, il fait partie de ces grands auteurs qui font défaut à ma culture littéraire et dont il faut absolument que je passe le cap. Après, la vraie question sera par quoi commencer ? Si le cycle de Fondation comprends sept livres, il a produit d’autres sagas (Empire, les Robots,…), mais par où démarrer ? D’autant qu’il a écrit de nombreuses nouvelles et textes en One-shot. Aidez-moi ! 😀

Liste d’oeuvres qui attirent mon attention :

  • La Fin de l’éternité, Denoël, Présence du futur no 105, 1967 ((en) The End of Eternity, 1955)
  • Le cycle des robots :
    1. Les Robots, OPTA, Club du livre d’anticipation no 7, 1967 ((en) I, Robot, 1950)
    2. Un défilé de robots, OPTA, Club du livre d’anticipation no 7, 1967 ((en) The Rest of the Robots, 1964)
    3. Le Robot qui rêvait, J’ai lu no 2388, 1988 ((en) Robot Dreams, 1986)
    4. Nous les robots ((en) The Complete robot, 1982)
  • Le cycle d’Elijah Baley :
    1. Les Cavernes d’acier, Hachette/Gallimard, Le Rayon fantastique no 41, 1956 ((en) The Caves of Steel, 1953)
    2. Face aux feux du soleil, OPTA, Club du livre d’anticipation no 23, 1970 ((en) The Naked Sun, 1956)
    3. Les Robots de l’aube, J’ai lu no 6792, 1984 ((en) Robots of Dawn, 1983)
    4. Les Robots et l’Empire, J’ai lu no 5895, 1986 ((en) Robots and Empire, 1985)
  • Le cycle de l’Empire :
    1. Tyrann, J’ai lu no 484, 1973 ((en) The Stars Like Dust, 1951)  (parfois nommé Poussière d’étoiles)
    2. Les Courants de l’espace, OPTA, Galaxie-bis, 1967 ((en) The Currents of Space, 1952)
    Cailloux dans le ciel, Hachette/Gallimard, Le Rayon fantastique no 16, 1953 ((en) Pebble in the Sky, 1950)
  • Le cycle de Fondation :
    1. Prélude à Fondation, Presses de la Cité, Univers sans limites, 1989 ((en) Prelude to Foundation, 1988)
    2. L’Aube de Fondation, Presses de la Cité, Univers sans limites, 1993 ((en) Forward the Foundation, 1993)
    3. Fondation, Hachette/Gallimard, Le Rayon fantastique no 44, 1957 ((en) Foundation, 1951)
    4. Fondation et Empire, OPTA, Club du livre d’anticipation no 1, 1965 ((en) Foundation and Empire, 1952)
    5. Seconde Fondation, OPTA, Club du livre d’anticipation no 1, 1965 ((en) Second Foundation, 1953)
    6. Fondation foudroyée, Denoël, Présence du futur no 357, 1983 ((en) Foundation’s Edge, 1982)
    7. Terre et Fondation, Denoël, Présence du futur no 438, 1987 ((en) Foundation and Earth, 1986)
  • Le Cycle des robots
    – Recueils de nouvelles :

    • Les Robots, 1967 ((en) I, Robot, 1950)
    • Un défilé de robots, 1967 ((en) The Rest of the Robots1964)
    • Nous les robots, 1982 ((en) The Complete robot, 1982)
    • Le Robot qui rêvait, 1988 ((en) Robot Dreams, 1986)- Romans :
      • Les Cavernes d’acier, 1956 ((en) The Caves of Steel, 1953)
      • Face aux feux du soleil, 1961 ((en) The Naked Sun, 1956)
      • Les Robots de l’aube, 1984 ((en) Robots of Dawn, 1983)
      • Les Robots et l’Empire, 1986 ((en) Robots and Empire, 1985)

Pour un aperçu d’une grande partie de son oeuvre et des critiques, rendez-vous sur ce lien –> Babelio

Article Associé : 

capture-d_c3a9cran-2015-02-14-c3a0-19-44-51Cycle-des-Robots-de-Isaac-Asimov-livres-1

Arnaud (Georges-Jean)

g-j-arnaud

« Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Gilles-du-Gard, Camargue , le 03/07/1928
Biographie :

Georges-Camille Arnaud dit Georges-Jean Arnaud est un auteur français.
Il est l’un des écrivains français les plus prolifiques et figure parmi les grands auteurs de la littérature populaire du 20e siècle.
Son œuvre se décline sous plusieurs pseudonymes : Saint-Gilles, Georges Murey, Georges Ramos, Serge Sauvec, David Kyne, Ugo Solenza, Gil Darcy, Serge Sovac, Frédéric Mado, Pierre Rabeau, Laure de Sevetan, Lilas Marny, Osman Walter, Gino Arnoldi, Henri Girard, Manuel Mathias, Georges-J Arnaud, GJ Arnaud (etc.).
Elle était estimée (en 1997) à plus de 350 romans dans une bibliographie parue dans la revue 813.
Bien que son œuvre la plus connue soit La « Compagnie des glaces », Arnaud est aussi l’auteur d’une centaine de romans policiers, autant d’espionnage, quelques romans fantastiques (6 seulement) ou régionalistes (« Les moulins à nuages », qui se déroule dans les Corbières), ainsi que d’environ 75 romans érotiques.

Écrivain depuis 1952, il a reçu de nombreux prix littéraires depuis ses débuts dont :

* le prix du Quai des Orfèvres 1952 pour « Ne tirez pas sur l’inspecteur »
* la Palme d’Or du roman d’espionnage 1966 pour « Les égarés »
* le prix Mystère de la critique 1977 pour « Enfantasme »
* le prix Apollo 1988 pour « La Compagnie des glaces »
* le prix RTL grand public 1988 pour « Les moulins à nuages »

Gil Darcy, pseudonyme inventé par Georges J. Arnaud, a été utilisé par différents écrivains pour signer les romans de la série « Luc Ferran » : Jean-Pierre Bernier, Marc Arno, Roger Vlatimo, Georges Arnaud, Jean Noble, Jean Bure (Jan de Fast), Jean-Michel Sorel, François Lourbet, Roland Bonnet, Jean-Claude Boyer, Michel Baudet, Reymond Forestier, Georges Heil. »

Source : Babelio

AVT_Georges-Jean-Arnaud_6941

Voici un cas bien particulier. L’auteur est ultra-prolifique (un peu comme L’ami Asimov finalement), mais contrairement à son illustre confrère, il n’est peut-être pas incontournable dans le paysage SFFF que nous affectionnons tant. Quoique… 

En effet, son cycle de la compagnie des glaces publié chez Fleuve Éditions est très certainement son oeuvre la plus marquante, cette dernière s’inscrivant dans le genre Post-Apocalyptique. Dans un monde couvert de glace, les grandes compagnies ferroviaires dominent le globe et apportent chaleur, nourriture et besoins de première nécessité mais également leur dictature. Le pitch du début est sympa et semble orienter le lecteur vers un futur plus que possible. De plus, ses expériences dans d’autres genres littéraires ont surement nourri sa fresque, du moins je l’espère, pour enrichir son contenu et proposer une épopée de grande envergure. 

Alors, la vraie question est la suivante ; est-ce suffisamment intéressant que pour se lancer dans un trip de plus de 60 volumes ? Je ne compte clairement pas aller jusque là mais au moins essayer l’aventure et nous verrons bien jusqu’où le train m’emmènera. Mais en attendant, si vous avez lu cette grande saga, je suis preneur de vos avis ❤  

Pour un aperçu d’une grande partie de son oeuvre et des critiques, rendez-vous sur ce lien –> Babelio

64235232
Source : http://club6901.canalblog.com/archives/2011/05/01/21022736.html

Abnett (Dan)

Dan_Abnett

« Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) le : 12/10/1965
Biographie :

Dan Abnett est un scénariste de comics et romancier.
Il a fait ses études au collège St Edmund Hall de l’université d’Oxford.
Il a d’abord travaillé pour 2000 AD (contribuant à des séries comme Judge Dredd, Durham Red et Rogue Trooper) et Marvel Comics dans les années 1990.
En 2000, il a participé chez DC Comics à relancer la Légion des Super-Héros avec les séries Legion Lost et The Legion.
Ses romans se déroulant dans les univers de Warhammer et Warhammer 40,000, publiés par Bibliothèque Interdite sous licence de Games Workshop se vendent plutôt bien, avec un total de plus d’un million exemplaires vendus depuis leur parution en mai 2008.
Les références les plus courues restent celles de la série « L’Hérésie d’Horus » et des « Fantômes de Gaunt », ainsi que les séries centrée autour d’inquisiteurs impériaux: Eisenhorn et Ravenor.
Au fil des années, il a écrit des bouts de scénarios pour à peu près tous les personnages de comics – de Wallace et Gromit aux X-men ou au Punisher. Il a travaillé sur « Nova et les gardiens de la galaxie » pour Marvel, « Superman » pour DC, et « The Authority » pour Wildstorm.
En 2009, Dan Abnett publie ses premiers romans originaux dans la collection Angry Robot de l’éditeur Harper Collins. Il écrit notamment « Zone de guerre » (Embedded, 2011).

Il est le principal scénariste du film en image de synthèse « Ultramarines », placé dans l’univers de Warhammer 40,000.

Il écrit également en collaboration avec sa femme Nicola Vincent-Abnett. »

10.10.10DanAbnettByLuigiNovi2.jpg

Pour l’Empereur ! … Ahem… Pardon…

Dan Abnett, auteur prolifique également, plus célèbre dans le rayon Comics et Wargames que dans le rayon littérature. Mais il n’empêche qu’avec ses cycles de « l’Hérésie d’Horus » et « Les fantômes de Gaunt », l’homme a su s’ériger en tant qu’auteur prolifique et qualitatif de la franchise Warhammer (40 000 surtout), ce qui est loin d’être toujours le cas lorsque l’on s’intéresse de plus près aux différents auteurs ayant publié sous cette franchise. 

Dans son oeuvre, l’Hérésie d’Horus me tente naturellement mais celui qui attire certainement mon attention depuis un long moment déjà est le cycle « Les fantômes de Gaunt », Gaunt étant un commissaire impérial devenu aussi connu et redouté que son équipe surnommée les Fantômes de Tanith. Jouissant de très bonnes critiques, je suis d’autant plus enthousiaste que je sais que toute l’histoire se déroule dans l’univers Warhammer 40000, un univers violent où rien n’est épargné au lecteur. Entre aliens en tout genre, les hérétiques, les adorateurs du chaos et autres traîtres de leur propre camp, je sais que ça ne sera pas un long fleuve tranquille et que ça va bouger sévère tout du long. Peut-être plus intimiste que l’Hérésie d’Horus, j’ai vraiment hâte de débuter ce cycle pour lequel j’ai de grandes attentes ! 

Et vous, connaissez-vous l’univers Warhammer 40000 ? Avez-vous déjà lu ou eu écho de ce cycle ou de la plume de l’auteur ? Let me know !

Pour un aperçu d’une grande partie de son oeuvre et des critiques, rendez-vous sur ce lien –> Babelio

 

Voilà, c’est la fin de ce premier numéro de découverte d’auteurs, j’espère que ce type d’article vous donnera de nouvelles pistes de potentielles lectures et n’oubliez pas, si vous avez déjà de l’expérience dans ces différents auteurs, n’hésitez pas à la partager en commentaire !

giphy (1)

13 réflexions au sujet de « Auteurs : Lettre A, 1ère partie (Asimov, Arnaud, Abnett) »

  1. Chez Asimov, il faut commencer par le cycle de Fondation. C’est pour moi la base de la base en SF : c’est ambitieux, facile à lire, très intéressant, et ça a relativement bien vieilli. C’est le cycle que je conseille à la fois pour découvrir le genre en général et l’oeuvre de l’auteur en particulier.

    Aimé par 2 personnes

    1. Si commencer par le cycle de la Fondation est une bonne option, je pense que la lecture du cycle des Robots permet de mieux planter le décors, d’acquérir les bases nécessaires pour entrer dans l’univers d’Asimov

      Aimé par 2 personnes

      1. Merci pour ton expertise Thao 🙂 Je vais me pencher sur quoi démarrer même si je pense que Fondation semble incontournable. Si les deux histoires ne sont pas mêlées question univers, j’imagine que démarrer par les deux n’est peut-être pas une mauvaise idée ? Une fois Fondation, une fois les Robots ?

        J'aime

  2. 2 auteurs connus sur 3 pour ma part.
    Mais un seul vraiment lu. Asimov… eh bien, je ne prétendrais qu’il faille plus commencer par l’un que part l’autre.
    Disons que si l’accroche manque avec un, il faut en tester un autre. Et il y a du choix ! Même au delà des ces 2 séries.
    GJ Arnaud, lui c’est un nom avec lequel j’ai grandi. Comme l’image du papier peint sur le mur de ma chambre.. j’avais oublié son nom, alors merci ! En effet c’est ma mère qui le lisait ! Il est grand temps que j’aille découvrir pourquoi !!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s